SEMAINE MONDIALE D’ACTION:  Les travailleurs des hôtels « dénoncent des conditions difficiles de travail »

0
149
Le présidium lors de la rencontre

En prélude à la semaine mondiale d’action, les travailleurs des hôtels du Burkina ont tenu une rencontre, dans la matinée du samedi 12 novembre 2016. Il s’est agi pour eux, au cours de cette rencontre de demander la ratification de la convention 172 de l’Organisation internationale du travail (OIT).

Les femmes ont répondu présent à l’appel de l’UITA
Les femmes ont répondu présent à l’appel de l’UITA

« Sécurisez mon lieu de travail », c’est sous ce thème que se tient, cette année, la semaine mondiale d’action initiée par l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UITA). Célébrée chaque année, du 31 octobre au 06 novembre, c’est en différées que les travailleurs des hôtels du Burkina communément appelé travailleurs d’étage l’ont célébré cette année. Au cours de cette célébration qui a eu lieu, le samedi 12 novembre 2016, les employés d’étage du Burkina ont dénoncé « des conditions de travail abusives ».  Faut-il le noter, les femmes ont répondu présent à cet appel de l’UITA. Ainsi, elles se sont associées aux autres travailleurs des hôtels pour non seulement demandé « des conditions de travail dignes, saines et sûres pour le personnel d’étage du Burkina, mais pour tous les autres partout dans le monde ».

 

Tiga Laurent Nakoulma, coordonnateur national de l’UITA
Tiga Laurent Nakoulma, coordonnateur national de l’UITA

A en croire le coordonnateur national de l’UITA, Tiga Laurent Nakoulma, la vulnérabilité des travailleurs d’étage les expose à de nombreux risques de santé et de sécurité. Entre autres, a-t-il énuméré, il y a des risques physiques liés à des tâches lourdes et répétitives, le harcèlement sexuel et les abus et l’exploitation par des employeurs. Au vu de ces risques, a-t-il insisté, les travailleurs d’étage ont lancé un appel à leurs employeurs afin que des mesures soient prises pour non seulement assurer leur santé, mais aussi leur sécurité. Cette rencontre a été le lieu pour les employés de l’hôtellerie et de la restauration de demander à l’Etat burkinabè de ratifier la Convention 172 de l’Organisation internationale du travail (OIT). Selon Tiga Laurent Nakoulma, ladite Convention est relative aux conditions de travail dans les hôtels et restaurants. « Notre pays n’a pas encore ratifié la Convention 172 de l’OIT. Nous voulons faire un lobbying afin que le Burkina ratifie cette Convention », a-t-il lancé. En définitive, Tiga Laurent Nakoulma a attiré l’attention des travailleurs d’étage sur la nécessité et l’urgence de s’unir pour la défense de leurs intérêts.

Par DK

Légende :

  1. Le présidium lors de la rencontre
  2. Les femmes ont répondu présent à l’appel de l’UITA
  3. Tiga Laurent Nakoulma, coordonnateur national de l’UITA

LAISSER UN COMMENTAIRE