SIAO 2016: Le Burkina a assuré côté sécurité

0
89
14 ème édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou ( SIAO)
Cérémonie officielle d'ouverture du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou ( SIAO)
Cérémonie officielle d’ouverture du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou ( SIAO)

Le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou ( SIAO) a refermé ses portes le dimanche 06 novembre 2016. Cette édition est considérée comme l’édition de la relève après celle manquée du fait de la maladie Ebola. D’une manière générale l’évènement a drainé du beau monde. Des visiteurs venus des quatres coins du monde  ont pu vivre l’évènement en toute sécurité grâce au bon boulot abattu par nos forces de sécurité.

D’un avis général, les organisateurs du SIAO ont relevé le défis de l’organisation de cette 14 ème édition. Si au départ beaucoup de burkinabè craignaient pour leur sécurité, en se déplaçant sur le site du SIAO, les premiers visiteurs ont fini par rasurer les autres sur l’efficacité du service de sécurité. On aura remarqué qu’aux enlentours du site, les forces de l’ordre étaient massivement présents. A certains postes, les policiers étaient mêmes armés.

Pour accéder au site, il fallait passer par la séance de fouille généralisée, ce qui a quelques moments agaçait les visiteurs. Sur ce point précis, les organisateurs devraient revoir leur copie parce les files d’attentes sont extrêment longues et cela pourrait causer des risques d’insécurité de toutes sortes. Ainsi pour plus de précaution, il faut éviter les longue files d’attente. Au départ il était prévu un service d’achat par airtel money, afin de faciliter l’accès au ticket, mais il semble que cela n’a pas beaucoup aidé dans le sens de fluidifier les entrées.

Une fois à l’intérieur, les visiteurs n’ont pas regrettés pas de s’être déplacés. Entre les objets d’arts et divers, le visiteur avait  l’embarras du choix. Du côté des artisans, ceux-ci n’ont pas fait plein recette . «  Il y a eu beaucoup de visiteurs mais peu d’acheteurs surtout les professionnelles » avouent certains. Ces derniers espèrent qu’après cette édition de relance, les prochaines éditions vont attirer plus d’acheteurs professionnels.

Le SIAO, ce n’est que la rue marchande, il y a aussi les cadres de réflexion sur différentes thématiques afin de faire de ce salon un véritablement outil de développement. Le 02 novembre par exemple, les discussions ont porté sur “ organisation de la protection sociale dans les Etats membres de la CIPRES: l’accès des acteurs du secteur informal à la prévoyance sociale” et “la politique nationale de protection sociale du Burkina: acquis et perspectives”. A l’occasion de ce Salon, la coalition des intervenants auprès des Jeunes et enfants vivant en rue (CIJER) et le Samusocial Burkina Faso (SSBF), dans le cadre du projet “ système intégré de protection des enfants et des jeunes en situation de rue à ouagadougou” ont mis en oeuvre des activités de sensibilisation du grand public.
Le rendez vous est donné pour 2018 afin de vivre un autre Salon plus innovant et avec beaucoup plus d’acheteurs professionnels. Le comité d’organisation a donc du pain sur la planche.

 

Faso-actu.net

LAISSER UN COMMENTAIRE