Autorités africaine et malgache de l’aviation civile : la 37e réunion du Conseil de l’AAMAC se tient à Ouagadougou

0
170
Le présidium lors de la cérémonie d’ouverture de la 37e réunion du Conseil des AAMAC

Ouagadougou abrite du 19 au 20 décembre 2016, la 37e réunion du Conseil des autorités africaine et malgache de l’aviation civile (AAMAC). Durant 48 heures, les directeurs généraux des AAMAC auront en ligne de mire l’élaboration d’une documentation harmonisée et la mise en œuvre d’une feuille de route pour la conduite des activités des AAMAC. C’est le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dieudonné Maurice Bonanet, représentant son collègue en charge des Transports, Souleymane Soulama qui a ouvert les travaux de cette 37e réunion de l’AAMAC, dans la matinée du lundi 19 décembre 2016.

Les participants à la cérémonie d’ouverture de la  37e réunion du Conseil des autorités africaine et malgache de l’aviation civile (AAMAC)
Les participants à la cérémonie d’ouverture de la 37e réunion du Conseil des autorités africaine et malgache de l’aviation civile (AAMAC)

Réunis à Ouagadougou, les directeurs généraux des Agences nationales de l’aviation civile (ANAC) du Mali, du Niger, de la Côte d’Ivoire, de la République centrafricaine, du Congo, du Tchad, du Burkina et de bien d’autres pays de l’espace AAMAC s’attèleront durant 48 heures, du 19 au 20 décembre 2016, à définir une feuille de route pour permettre aux acteurs de l’aviation civile de mettre en commun leurs moyens pour atteindre un niveau de sécurité optimum.

Mohamed Mahmoud Bouassriya, président du Conseil des AAMAC
Mohamed Mahmoud Bouassriya, président du Conseil des AAMAC

Pour le président du Conseil des AAMAC, Mohamed Mahmoud Bouassriya, les défis sécuritaires, en matière d’aviation civile, sont les mêmes partout dans le monde. « Ces défis concernent essentiellement la mise en œuvre de la réglementation internationale en matière d’aviation civile », a-t-il dit. Pour lui, afin d’atteindre ce niveau optimum de sécurité au niveau de l’aviation civile, il est fort important que ladite réglementation connaisse l’implication de tous les acteurs de l’aviation.

Abel Sawadogo, directeur général de l’ANAC du Burkina
Abel Sawadogo, directeur général de l’ANAC du Burkina

Abel Sawadogo, directeur général de l’ANAC du Burkina, président du comité d’organisation, lui, se réjoui de la tenue de cette réunion statutaire à Ouagadougou. « Ce rendez-vous est important, car il permet d’échanger sans tabou sur les grandes questions affectant la vie des AAMAC », s’est-il réjoui.

4.le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dieudonné Maurice Bonanet, président de la cérémonie d’ouverture
le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dieudonné Maurice Bonanet, président de la cérémonie d’ouverture

Pour le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dieudonné Maurice Bonanet, représentant le ministre en charge des Transports, Souleymane Soulama, président de la cérémonie d’ouverture de cette 37e réunion des AAMAC, « cette rencontre se veut une réunion de prise en compte de nouveaux défis dans l’espace africain conformément aux nouvelles recommandations issues de la dernière assemblée générale de l’Organisation africaine de l’aviation civile ». Au vu des différents défis sécuritaires de l’aviation civile que rencontrent les pays africains sont confrontés, le ministre Dieudonné Maurice Bonanet a fait savoir qu’il est impérieux de mettre en place une dynamique de renforcement des liens de coopération et d’entraide afin de parvenir à une riposte concertée, efficace et efficiente.

Par ailleurs, il dit être persuadé que la feuille de route des AAMAC qui sortira de cette réunion sera à même de concourir à l’efficacité de cette institution. Mais d’ores et déjà il a souhaité que les échanges permettent d’élaborer un programme de travail audacieux à la hauteur des ambitions de rayonnement de l’OACI.

Par Awa Ouédraogo

Pour FasoAmazone

LAISSER UN COMMENTAIRE