1 an après de l’attaque terroriste du 15 janvier 2016 : La Nation rend hommage aux victimes

0
142
En prélude à la commémoration du  1er anniversaire de l’attentat du 15 janvier 2016, une cérémonie officielle a été organisée sur les lieux dudit attentat, sur l’avenue Kwamé N’krumah, le dimanche 15 janvier 2017. Cette cérémonie officielle a connu la présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, des membres du gouvernement, de la représentation nationale, des représentants des corps diplomatiques et la population. Marche populaire, allocutions et recueillement ont été les temps forts de cette cérémonie.
Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a déposé une gerbe de fleurs sur la stèle érigée en la mémoire des victimes
Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a déposé une gerbe de fleurs sur la stèle érigée en la mémoire des victimes

15 janvier 2016-15 janvier 2017, cela fait un an que le Burkina a été frappé en plein cœur. L’avenue Kwamé N’krumah de Ouagadougou a été la cible des terroristes qui avant d’être tué ont arraché de nombreuses vies à l’affection de leurs familles respectives. Café-restaurant Cappuccino, maquis Taxi brousse, hôtel Yibi, Splendid hôtel, ce sont là que les terroristes « sans vergogne » ont tué 30 personnes de 11 nationalités. A ces morts, peut-on y ajouter, plusieurs personnes ont été blessées. Pour la commémoration de ce 1er anniversaire dont tous les Burkinabè se rappellent, les autorités l’ont voulue non seulement sobre et pleine d’émotion, mais aussi un moment pour réaffirmer la volonté du Burkina à ne pas reculer face à « ces attaques barbares ».

Le président Roch Kaboré saluant les parents des victimes
Le président Roch Kaboré saluant les parents des victimes

D’entrée de jeu, une marche silencieuse a été organisée pour rendre hommage aux victimes. Laquelle marche a enregistré au premier plan le premier ministre, Paul Kaba Thieba, le ministre d’Etat, Simon Compaoré, l’édile de Ouagadougou, Armand Béouindé, les blessés et les parents de victimes. Partis du rond-point des Nations unies, les marcheurs ont rallié l’hôtel Splendid en déferlant l’avenue Kwamé N’krumah. Sur les lieux, blessés et parents de victimes ne pouvaient contenir leurs larmes, tant le souvenir de ce « vilain » jour défilait dans leurs esprits. Le représentant des parents des victimes, Pascal Lankoandé, lui, n’entend pas plier l’échine, car, pour lui, « la meilleure réponse à ces terroristes c’est de toujours prendre un avion, un train, un car voire un taxi de brousse et venir déguster un cappuccino dans un Burkina Faso plus splendide ». Pour le président Roch Marc Christian Kaboré, « cet évènement a été et restera le catalyseur de la prise de conscience du Burkina sur la nécessité de prendre toutes les dispositions pour sécuriser le Burkina tout en condamnant avec indignation et fermeté cet acte ignoble dont les auteurs et commanditaires font honte à notre civilisation ».

Pascal Lankoandé, représentant des parents des victimes
Pascal Lankoandé, représentant des parents des victimes

Selon lui, aucune concession ne doit être faite au terrorisme. « Le Peuple burkinabè, plus que déterminé à consolider la démocratie et à réaliser la prospérité pour tous dans la paix, est solidaire de tous les peuples qui subissent les assauts des terroristes. Une attaque terroriste quelque part dans le monde est une attaque dirigée contre tous les peuples de la planète.
C’est fort de cette conviction que nous devons conjuguer nos efforts à l’échelle planétaire pour lutter contre ce fléau
 », a fait remarquer Roch Marc Christian Kaboré. Pour lui, la lutte contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité transfrontalière est un combat de tous les jours et de tous les Burkinabè, sans exclusion. Pour cela, il a appelé à une plus grande collaboration entre les populations et les Forces de défense et de sécurité pour lutter conséquemment contre « ces ennemis de la démocratie et du développement et à une plus large coalition internationale contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité transfrontalière pour un monde plus sûr, plus solidaire et plus prospère ».
« Ce n’est qu’à ce prix que nous viendrons à bout de ces fléaux qui hypothèquent la paix et le développement de nos Etats », a-t-il martelé. Aussi, a-t-il appelé, les Burkinabè à œuvrer pour la paix, pour la sécurité, la cohésion sociale et la prospérité du Burkina Faso. Faut-il le signaler une stèle a été érigée en face de Splendid hôtel pour rendre hommage aux victimes. Sur cette stèle, une gerbe de fleurs a été déposée par le président du Faso. C’est par la salutation des parents des victimes et des blessés par le président du Faso, du premier ministre et bien d’autres que la cérémonie officielle s’est achevée.

Par Awa Ouedraogo

LAISSER UN COMMENTAIRE