CAN-2017 : dominateur mais maladroit, le Mali partage les points avec l’Égypte

0
206
Décidément, cette cuvée 2017 de la Coupe d’Afrique des nations n’est pas propice aux scores fleuves. Comme la veille à Oyem, les deux rencontres de ce mardi 17 janvier ont laissé la part belle aux défenses. Après la très courte victoire du Ghana sur l’Ouganda (1-0) en fin d’après-midi, la soirée s’est conclue sur un score nul et vierge entre le Mali et l’Égypte (0-0).

Sur la pelouse déjà très abîmée du stade de Port-Gentil, les deux sélections ont pourtant tout tenté. Les Aigles, notamment, ont tiré 11 fois au but (sept tirs cadrés), mais ils n’ont jamais réussi à prendre le dessus sur les portiers égyptiens. Car c’est sans nul doute l’image qui restera de cette soirée de football africain : l’entrée sur le terrain d’Essam el-Hadary, 44 ans et 148 sélections, pour suppléer le titulaire du jour Ahmed el-Shennawy, blessé sur une parade décisive au quart d’heure de jeu. Le portier du club de Wadi Degla est ainsi devenu le joueur le plus âgé à disputer une CAN.

Avant de sortir du terrain et de laisser place à l’histoire, Shennawy aura tout de même eu l’opportunité de sauver les siens. Sur un centre fuyant de Marega qui a échappé de peu à la tête de Coulibaly, le gardien du Zamalek s’est parfaitement détendu sur sa gauche pour sortir le ballon en corner (13e).

Derrière, sur toute la première période, le Mali a globalement tenu le ballon, notamment grâce à un Sambou Yatabaré très entreprenant. Mais rien n’y a fait. Wague (30e) puis Coulibaly (42e) ont eu l’occasion de crucifier Hadary de la tête à bout portant, mais ils ont à chaque fois manqué le cadre.

En face, l’Égypte ne s’est montrée à son avantage qu’à deux reprises, à chaque fois en contre. Dès l’entame, Mohsen a profité d’une belle ouverture de Salah pour obliger Sissoki à une belle sortie (3e), avant qu’Elneny ne décoche une lourde frappe juste au-dessus des cages maliennes (30e).

Second souffle insuffisant

Au retour des vestiaires, les débats ont repris sur un faux rythme, principalement en raison d’un petit coup de fatigue côté malien. Sans pour autant prendre le jeu à leur compte, les Égyptiens ont profité de ce premier quart d’heure pour se procurer deux nouvelles occasions. Un coup franc aux 20 mètres, tout d’abord, qu’El Said n’a pas réussi à convertir (50e), puis une tête rageuse de Mohsen, que Sissoko a superbement écartée d’une claquette (54e).

Dans la dernière demi-heure, les Aigles ont trouvé un second souffle. Face à des Égyptiens recroquevillés dans leurs 40 mètres, les hommes d’Alain Giresse ont multiplié les initiatives mais ont pêché par maladresse dans le dernier geste, à l’image du loupé de Coulibaly, dont le coup de casque dans le dernier quart d’heure a manqué le cadre (79e).

Et même Bissouma, dont l’entrée en cours de jeu a clairement redynamisé le collectif malien, n’a pas trouvé la faille. Il ne lui a manqué qu’un peu de justesse lorsqu’il a transmis dans l’axe pour Marega, tout proche de reprendre victorieusement à l’entrée des six mètres (86e).

De belles dispositions qui n’ont donc pas suffi à ce Mali néanmoins séduisant, et qui a montré qu’il avait les moyens d’aller chercher sa qualification lors des deux prochaines journées, face au Ghana et à l’Ouganda. Pour l’Égypte, qui retrouvait la Coupe d’Afrique après sept ans d’absence, l’équation est identique. Mais si les hommes du coach argentin Hector Raul Cuper veulent goûter à la prochaine phase, ils devront montrer plus de sérénité et surtout un peu plus de jeu.

France24

LAISSER UN COMMENTAIRE