CAN-2017 : piégé par l’Égypte, le Maroc dit adieu à son rêve de sacre

0
102
Cruel destin que celui du Maroc qui, malgré une nette domination en fin de rencontre, a subi la loi du pragmatisme égyptien à deux minutes de la fin (1-0). Une défaite en quarts de finale de la CAN-2017 qui sonne le glas de leur aventure.

Après l’immense déception des Sénégalais, dominateurs mais éliminés la veille par le Cameroun, le Maroc était prévenu. Face à l’Égypte, les Lions de l’Atlas se sont malgré tout fait prendre au piège de la maxime que cette CAN-2017 a fait sienne : dominer n’est pas gagner.

Face à des Pharaons qui tiraient pourtant la langue en fin de rencontre, les hommes d’Hervé Renard ont eu l’occasion de tuer le match à plusieurs reprises. Mais ils ont finalement payé ce manque d’efficacité en encaissant un but à deux minutes de la fin. Une réalisation opportuniste de Kahraba, élu homme du match, qui a profité d’un cafouillage dans la surface marocaine pour pousser le ballon au fond des filets (1-0). Conclusion inattendue d’une rencontre qui a mis du temps à démarrer, puis plus encore à choisir son vainqueur.

Un duel de « presque »

On attendait du jeu et des buts mais sur la pelouse du stade de Port-Gentil, le spectacle était aux abonnés absents. En tout et pour tout, deux petites occasions au cours d’une première période bien terne, durant laquelle Marocains et Égyptiens ont rivalisé de maladresse. Une prestation peu reluisante durant laquelle n’a pas vraiment brillé non plus l’arbitre de la rencontre, le Gabonais Eric Otogo Castane, qui n’a que trop peu laissé jouer d’un côté comme de l’autre.

Les Pharaons ont tout de même réussi à inquiéter El Kajoui à une reprise, au quart d’heure de jeu, mais la frappe de Trezeguet, en angle fermé, a bien été repoussée par le portier des Lions de l’Atlas (15e).

Vingt minutes plus tard, ce sont les Marocains qui sont venus titiller le vétéran El Hadary. Sur un centre à ras de terre de Da Costa, Saiss a été tout près de reprendre victorieusement aux six mètres. Et dans les secondes qui ont suivi, c’est lui qui était à la réception d’un second ballon, mais sa tête est passé au-dessus des buts des Pharaons (35e).

Les Lions pistent leur proie….

Au retour des vestiaires, la causerie des coachs a semblé avoir fait son effet. L’Égypte, comme en première période, s’est distinguée en premier : une superbe ouverture d’El Said pour Salah, qui a filé tout seul au but après avoir laissé Da Costa sur place. Sa frappe a été parfaitement repoussé par un arrêt réflexe d’El Kajoui (46e).

Puis, à l’approche de l’heure de jeu, les Lions de l’Atlas ont décidé d’accélérer à leur tour. En l’espace de cinq minutes, ils ont eu l’occasion d’ouvrir le score par trois fois. Sur un centre de Dirar, tout d’abord, que Bouhaddouz n’a pas pu reprendre à quelques mètres du but adverse (54e), puis par Boussoufa, qui a vu son missile légèrement dévié sur sa transversale par El Hadary (55e).

Mais c’est surtout cinq minutes plus tard que le Maroc a mangé la feuille de match : un centre au cordeau de Fajr pour Bouhaddouz, qui n’a pas réussi à conclure alors qu’il était parfaitement servi à quelques centimètres du cadre (59e).

… puis la laissent filer

Derrière, les Lions de l’Atlas ont continué sur leur bonne lancée, confisquant le ballon à des Égyptiens qui ont clairement marqué le pas physiquement. Et qui s’en sont intelligemment remis aux phases arrêtées. Sur un coup franc frappé astucieusement par dessus le mur par El Said, Salah s’est retrouvé seul à l’entrée des six mètres. Sa reprise, cadrée, a été miraculeusement sortie par une très belle claquette d’El Kajoui (77e).

Puis, alors que les 12 000 spectateurs de Port-Gentil se préparaient à vivre une demi-heure de football supplémentaire, Kahraba a surgi sur un corner mal négocié par la défense marocaine et poussé le ballon au fond des filets (1-0, 88e). Un but crucial qui, à l’image de celui marqué par l’Égypte lors du troisième match de poule face au Ghana, a suffi au bonheur de ces Pharaons.

Vainqueurs des trois dernières CAN auxquelles ils ont participé (2006, 2008 et 2010), ils poursuivent leur incroyable série et seront bien au rendez-vous des demies. En revanche, pour le Maroc, c’est bel et bien fini.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE