Cadeau spécial de Saint Valentin 2017: Les slips « Chocoto » s’achètent comme de petits pains par les femmes pour offrir à leur « Prince Choco »

0
223

Chaque 14 février est fêté la Saint Valentin ou fête des amoureux.

A cette occasion, nous avons effectué un tour dans la soirée du 11/02/aux environs de 15 heures, au grand marché de Ouagadougou, couramment appeler Rood Wooko, pour nous enquérir de l’ambiance autour de cette fête à venir. Et découvrir ce dont les uns et les autres offrent à leur « moitié » en guise de cadeau, afin de lui témoigner son amour indéfectible. Mais contre toute attente, ce sont les slips masculins couramment appélés « Chocoto » qui ravivent la vedette cette année du côté de la gente féminine.

Déjà, juste aux abords, c’est-à-dire à côté de la voie qui conduit à l’entrée principale du grand marché, non loin du parking des motos, nous sommes tombés sur l’étale  « spécial Saint Valentin » de M. Dao Souleymane qui ne passait pas inaperçu, et qui se donnait à voir. Emplacement et décor s’imposaient sans doute.  Ce dernier était sur le qui-vive prêt à se faire d’éventuels clients.

Des cadeaux prêts à etre emballer pour sa moitié
Des cadeaux prêts à etre emballer pour sa moitié

Il y avait des fleurs (des roses, des tulipes) déjà emballées et prêtes à offrir à qui de droit, à raison de 600f l’unité, des Nounous à raison de 2500f le coffret, et des tableaux « I love you » à 200F.  Pour assouvir notre curiosité nous lui avons demandé à savoir si les choses se passaient comme il le voulait à savoir comment se porte le marché ?

M. Dao Souleymane (Au milieu) devant son étalage de fleurs St Valentin en compagnie de nouveau acheteurs
M. Dao Souleymane (Au milieu) devant son étalage de fleurs St Valentin en compagnie de nouveau acheteurs

Dao nous répond en ces termes « Saint Valentin, c’est pour tous ceux qui sont amoureux (y compris lui-même), hommes, femmes, jeunes, ou âgés, même ceux du troisième âge. « Il n’y a pas d’âge pour aimer » « Cette année, le marché tourne au ralenti d’abord, il n’y a pas assez d’argent ». Mais il espère que la vente va s’améliorer d’ici là.

Sur l’esplanade c’est là que tout se déroule, Edouard Bonkoungou un autre vendeur, lui nous a invité à admirer son étale de montres à 6000f l’unité, de bracelets et de colliers traditionnels à des prix variés.

Des produits cosmétiques, de maquillages, parfum, etc. Sur l'étalage de M. Issiaka Compaoré
Des produits cosmétiques, de maquillages, parfum, etc. Sur l’étalage de M. Issiaka Compaoré

Issaka Compaoré vendeurs de cosmétique, nous montre ses nombreux ses nouvelles gammes de produits de beauté et boitiers à maquillage, qui s’achètent comme des petits pains, en guise de cadeaux de la Saint Valentin. Peut- être le coût oblige.

Non loin d’eux des dames adossées au mûr nous interpellent à visiter leurs marchandises composées de pochettes, de porte feuilles, etc. que les hommes aiment aussi offrir à leur tendre moitié pour la Saint Valentin. Affirme l’une d’entre elles.

Vite des slips « Chocoto »

IMG-20170212-WA0010
M Sanfo Issouf, vendeurs de ses fameux Chocoto prisé par les femmes pour leur moitié

Toujours sur l’esplanade, mais juste à côté de ces marchands, nous avons toujours voulu savoir ce que les femmes payent pour offrir à leur moitié ? « Ce sont les slips « Chocoto » le diminutif de « choco » terme des branchés de la mode, qui veut dire coquète, bien ciré, attirant, sexy, etc.  Leurs prix varient entre 750f, 1000f, l’unité.  Nous confie M. Issouf Sanfo. Qui se tire à bon compte apparemment.

« Spéciale chaussure dame Saint Valentin 2017 », « bon

Les slips « Chocoto » le diminutif de « choco »
Les slips « Chocoto » le diminutif de « choco »

talon design », est l’attrait des hommes pour leur dulcinée. Cette chaussure est vendue chez M. Mohamed Sanfo, au prix de 5000 à 6000F, l’unité.

Quant à ce dernier la question de savoir comment il compte fêter la Saint Valentin ? Pour lui, « C’est dans un maquis de la place, autour de boissons bien fraîches, « tapées » de poulets flambés plus du poisson braisé, (des ingrédiens de longévité), en compagnie de sa dulcinée ».

 Gregoire Yameogo

LAISSER UN COMMENTAIRE