SECURITE DANS LE G5 SAHEL: La force conjointe bientôt opérationnelle

0
148
Le 3e sommet ordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement, tenu le 6 février 2017, ici à Bamako, avait trouvé nécessaire de rendre opérationnelle la force commune de lutte contre le terrorisme et les narcotrafiquants dans les cinq pays membres du G5 Sahel. Il faut rappeler que, depuis la création du G5, à Nouakchott,  en 2014, les Chefs d’Etat étaient convenus de la mise en place d’une telle force de  lutte contre le terrorisme.

Avec cette réunion des Experts, inutile de dire que cette volonté des Chefs d’Etat est en passe d’être une réalité sous la direction éclairée du nouveau Président en Exercice du G5, S.E. Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali.

Un dispositif de stabilisation

Les travaux des Experts pour l’opérationnalisation de cette force conjointe du G5 Sahel, conformément à l’option I à court terme et à l’option II à moyen et long termes, selon le Chef d’Etat-major adjoint du Mali, M’Bemba Moussa Kéïta, ont pris en compte les facteurs suivants: «Un mandat clair de l’Union Africaine et de l’Organisation des Nations-Unies, le financement soutenu de la force, des règles d’engagement claires en vue de combattre le terrorisme, le trafic de drogue et l’immigration clandestine».

Pour M’Bemba Moussa Kéïta, dans le présent cas, une force est un dispositif de stabilisation qui ne remettra aucunement en question l’action des forces nationales des Etats membres et la possibilité des arrangements bilatéraux. Elle offre plutôt un cadre de coordination de leurs actions conjointes afin d’en démultiplier les effets positifs.

Concept stratégique

Au cours de cette réunion, il a été question pour les experts de se prononcer sur le concept stratégique d’opérations, le concept de soutien, les règles d’engagement, etc. Cela, en définissant clairement le mandat de la force, ses objectifs et ses tâches spécifiques et la coordination avec les forces partenaires dans la zone d’opération.

Il y a aussi l’architecture de commandement, la génération de force,  la géométrie du théâtre, la question du droit de poursuite essentielle aux opérations transfrontalières, la question du financement et le projet du Budget de la force.

Cette réunion des Experts rentre dans le cadre de la mise en œuvre des résolutions du troisième sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement du 6 février dernier, dans la capitale malienne.

A la fin de cette réunion des Experts, il est prévu des rencontres de restitution des travaux qui seront transmis aux Chefs d’Etat des pays du G5 Sahel.

Volonté du G5

En effet,  le G5 Sahel a une volonté ferme d’affronter conjointement et de façon coordonnée les nombreux défis transfrontaliers susceptibles d’être rencontrés dans les domaines de la sécurité et du développement.  Cette force à mettre en place constituera aussi un instrument, un moyen efficace pour le renforcement des liens humains, culturels, politiques, économiques et séculaires, unissant les Peuples au sein de l’espace stratégique qu’est le G5 Sahel.

Au sommet de Bamako, le Président IBK, face à la montée démesurée du phénomène d’extrémisme religieux et de terrorisme dans la Région du Sahel, avait estimé que les pays de la Sous-région doivent tous s’efforcer pour apporter une réponse appropriée en vue de bâtir un espace stable et paisible.

IBK contre le terrorisme    

Le Président de la République du Mali a souhaité la mutualisation des efforts et des énergies pour répondre énergiquement aux nombreux défis d’ordre sécuritaire  qui assaillent les Régions du G5 Sahel. La réussite de cet appel pressant d’IBK relèvera, à coup sûr, de la responsabilité commune du G5 Sahel.

La réunion des Experts à Bamako pour passer à la vitesse supérieure dans la lutte contre le terrorisme et les narcotrafiquants au Sahel démontre la volonté affirmée du Président de la République du Mali pour la recherche de la paix au profit des populations du Sahel.

 

Source: L’observatoire

LAISSER UN COMMENTAIRE