FESPACO 2017: FRONTIERES de Appoline Woyé Traoré a refusé du monde au CCF

0
160
Le 28/02/ 2017 à la séance de 18heures, le 28 février 2017 au Centre Culturel Français(CCF), lors de la dernière projection du film FRONTIERES en  compétition officielle pour la conquête de L’Etalon d’or de Yennenga de Appoline Woyé Traoré a refusé du monde.

Il est 18 heures au CCF la rue grouille du monde. Les parkings sont bondés par ci des véhicules par là des motocyclettes, inutile de vous dire qu’il nyavait pas la moindre place. Les parqueurs sont débordés de tous côtés.

Avant même de pénétrer à l’intérieur du CCF nous entendons dire « il n’y a plus de ticket en vente » nous pénétrons dans l’enceinte, les cinéphiles et festivaliers sont alignés en file indienne en occupant tout le contour du CCF.

La sécurité veillait au grain en tenue ou en civil. Avant d’accéder dans la salle de projection ; il fallait montrer patte blanche tout en franchissant le portic de sécurité sous la vigilance des services de sécurité qui demeurent strictes tout au long de la soirée. 18h30 l’intérieur était bondé de monde, pas de place assise. Si bien que la Directrice du CCF effectuait des va et vient pour voir si tout allait bien. Juste avant le début de la projection du film, l’ordre fut donné de fermer les portes. Et les festivaliers alignés ont été priés de regagner l’extérieur ou de rebrousser chemin. Peine perdue pour eux, à cause du manque de place.

Monsieur Désirer Yameogo espère voir programmer FRONTIERES de Apolline Woyé Traore
Monsieur Désirer Yameogo espère voir programmer FRONTIERES de Apolline Woyé Traore

A la sortie de la projection, nous avons approché M. Désiré Yameogo réalisateur que nous avons trouvé sur les lieux, ce dernier ne nous cache pas sa déception de n’avoir pas pu voir le film. « Et c’est sa première fois de faire le rang pour accéder à une salle de ciné pour voir un film », et selon lui, chose qu’il n’a jamais faite de sa vie. Mais il espère et souhaite que les organisateurs reprogrammeront ce film au grand bonheur de ce beau monde qui n’a pas eu la chance de voir FRONTIERES de Appoline W. Traoré. Il aurait souhaité voir la réalité et les misères que les femmes d’affaires ou commerçantes subissent et affrontent ; de même que les dures réalités pour traverser les frontières à la recherche de leur pitance, et assurer le quotidien de leur progéniture. Pour lui, en venant voir ce film, il aurait aimé voir les jeux d’acteurs, la lumière, le décor, etc.

Kevin Sawadogo

LAISSER UN COMMENTAIRE