FESPACO 2017: FRONTIERES de Appoline Woyé Traoré : Les festivaliers apprécient

0
612
A l’issue de la projection du film FRONTIERES de Appoline Woyé Traoré le 28/02/2017 au Centre Culturel Français(CCF), en présence de la réalisatrice Appoline, et ses comédiennes. Les festivaliers apprécient.

Faso Amazone : Nous voyons que c’est un film très engagé quels sont les implications politique ?

Appoline W. Traore pendant la séance d'interview avec la presse
Appoline W. Traore pendant la séance d’interview avec la presse

Appoline Traoré : Bien que les textes de la CEDEAO sont là, disant que nous sommes dans une zone de libre circulation des personnes des biens et des marchandises, Mais quand on arrive dans les frontières ce n’est pas le cas, les textes ne sont pas appliqués. Comme je l’ai montré dans le film. C’est la corruption, la violence.  Ce ne sont pas seulement les autorités, mais aussi les commerçants, et les commerçantes prennent parti de cette corruption. C’est vraiment tout le monde qui devrait voir ce problème.  Malheureusement ce sont les femmes qui sont les plus vulnérables sur les routes, c’est elles qui payent le lourd tribu, les pots cassés.

Quand on réalise un film on espère ouvrir les yeux à certaines personnes, on essaie de titiller un peu, et on espère un changement, sans ne pas être trop prétentieuse. Ce problème devrait être pris au sérieux. « Aussi si le site suscite un débat tout autour alors j’aurai gagné ».

Le film a pris 7 semaines pour la réalisation. Le budget s’élève à 300 millions de francs CFA, soit près de 600. 000 dollars

Nous étions confrontés à des difficultés logistique et le déplacement de plus de 50 personnes dans plus de 5 pays, de même que le déplacement du décor avec tous ces temps d’insécurité.

Mme Julie Congo
Mme Julie Congo

Mme Congo Julie, communicatrice militante engagée en politique

D’emblée je dirai que L’lEtalon d’Or de Yennenga cette année doit revenir à ce film. Parce que ce film incarne beaucoup de valeurs humaines.  Il incarne beaucoup valeurs, de combativité, de solidarité des femmes que les 4 actrices ont voulu démontrer. C’est vraiment une bonne leçon de vie.  Je pense que si on avait la possibilité on devrait projeter ce film pour que les filles voient.

Qu’elles sachent que dans la vie la facilité n’est pas la chose la mieux conseillée. Etre des femmes qui travaillent, qui travaillent pour leur épanouissement, et l’épanouissement de la société. Des femmes qui travaillent honnêtement et n’entendent rien des autres et n’attendent pas que les choses viennent des autres, et n’entendent rien des hommes.

L’atrice Sy Savané c’est l’incarnation de la femme combative qu’elle a fait ressortir. Dans la vie il faut avoir peur de son homme, n’en parlons pas de quelqu’un. La naïveté n’a pas sa place de nos jours.

Mme Banne Oulimata venue de la Belgique pour le FESPACO 2017
Mme Banne Oulimata venue de la Belgique pour le FESPACO 2017

Mme Banné Oulimata, festivalier venue de la Belgique

Pour moi ce film est une carte postale de l’Afrique de l’Ouest, de toutes les péripéties que les commerçantes traversent, de tout ce qui peut se passer au cours d’un voyage. D’une femme qui essaie de se défendre, et de tout ce qu’une   femme peut supporter. La femme pour moi résume à un traumatisme, le traumatisme après un viol, après un péripétie aussi lent et aussi douloureux. Ce que les femmes subissent. Le traumatisme après un viol. Ce film ne parle pas que du Burkina seulement. Mais de tout ce qui peut se passer au cours d’un voyage.  On a vu le Sénégal

, le Mali, le Burkina ; le Benin, la Cote D’Ivoire le Nigeria, avec ses belles forêts, de savane des girafes. Pour moi c’est une carte postale de L’Afrique de l’ouest.

Kevin Sawadogo

LAISSER UN COMMENTAIRE