Dans le souci de lutter contre l’insécurité dans la région du Sahel et de façon générale au Burkina, le gouvernement du Japon en partenariat avec le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a procédé à une remise de matériel de protection des forces de sécurité pour le renforcement de la sécurité dans la région du Sahel. Cette remise a eu lieu le 21 mars 2017 à la direction générale de la police à Ouagadougou.
Le matériel de protection des forces de sécurité
Le matériel de protection des forces de sécurité

Equiper les forces de l’ordre et de sécurité pour bien sécuriser les régions frontalières au Sahel. C’est la mission que s’est assignée le PNUD en partenariat avec le gouvernement

Les autorités lors de la cérémonie de remise de matériel de sécurité
Les autorités lors de la cérémonie de remise de matériel pour le renforcement de la sécurité dans la région du Sahel

japonais dans le cadre de la mise en œuvre de son projet « gestion des frontières pour la stabilité et la sécurité humaine au Sahel » en dotant les forces de sécurité du matériel pour une meilleure  sécurisation des frontières. Ce sont au total 25 motos tout terrain, 30 GPS et 55 téléphones satellites, le tout d’une valeur de 54,4 millions de F CFA qui a été remis aux forces de sécurité ce 21 mars dernier à Ouagadougou.

Le directeur pays du PNUD au Burkina, Corneille Agossou
Le directeur pays du PNUD au Burkina, Corneille Agossou

Le directeur pays du PNUD au Burkina, Corneille Agossou a noté que ce don de matériel et équipement s’inscrit dans le cadre de leur contribution au renforcement de la sécurité dans le Sahel. Selon lui, le renforcement des capacités des forces de sécurité est plus crucial, surtout dans un contexte mondial sous régional et national marqué par la monté de l’insécurité, la mise en œuvre du plan national de développement économique et social (PNDES) pourrait être fortement compromise, si les actions appropriées ne sont pas prises. Donc, à son avis, sans sécurité il est quasiment impossible d’envisager des actions de développement. Pour ce faire, le directeur pays a émis le souhait que le japon et d’autres partenaires du Burkina puissent continuer à s’investir dans le secteur de la sécurité.

Masato Futaishi, ambassadeur du Japon au Burkina
Masato Futaishi, ambassadeur du Japon au Burkina

« Le sahel représente actuellement une des régions les plus sensibles et instables d’Afrique. Et face à de nombreuses menaces de sécurité telles que le terrorisme, les trafics, d’armes et de stupéfiants et les autres problèmes transfrontaliers, l’équipement des forces de sécurité en matériel adéquat constitue une question majeur », a laissé entendre l’ambassadeur du Japon au Burkina, Masato Futaishi. A son avis, les récents actes de terrorisme dans la région, avec les zones frontalières comme cibles privilégiées, ont démontré la nécessité pour les forces de sécurité de la région du Sahel d’être dotées en moyens de transport et de communication, afin de leur permettre de gérer efficacement leurs frontières et répondre à ces menaces.

Le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré peut se réjouir de ce don
Le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré peut se réjouir de ce don

Qui mieux que le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré peut se réjouir de ce don qui vient à point nommé pour renforcer les capacités de son département pour une meilleure lutte contre l’insécurité au Burkina. Il a signifié qu’il est ému par le geste de ses partenaires et surtout par l’engouement des journalistes qui assiste à chaque manifestation pour montrer leur sympathie à l’endroit des forces de l’ordre, surtout en donnant la bonne information. « Par ce geste que viennent de poser le PNUD et le gouvernement japonais, nous sommes convaincu que nous pouvons compter sur de bonnes volontés dans la  lutte contre l’insécurité dans notre pays. Ce matériel va conquérir à sécuriser et à stabiliser notre région des terroristes », a-t-il dit. Le ministre a en effet soutenu que les terroristes du fait qu’ils disposent de moyens se permettent souvent de corrompre les populations. Donc, à travers ce matériel, les populations seront en sécurité et mieux traités contre ces bandits.

Frederic TIANHOUN

LAISSER UN COMMENTAIRE