Félicité Kananga, le combat de la seule femme au parlement du Nord-Kivu

0
110
Sur 42 députés au parlement du Nord Kivu, province Est de la République démocratique du Congo, on ne compte qu’une seule femme : Félicité Kananga. Son courage inspire aujourd’hui d’autres femmes de sa région, de tout le pays, voire au-delà.

Seule femme au parlement provincial du Nord Kivu, Félicité Kananga incarne le combat des femmes, en République démocratique du Congo, en Afrique et dans le monde, à briser les tabous sociaux pour assumer, autant que les hommes, des responsabilités publiques, y compris dans des domaines particulièrement machistes.

Née dans le village de Manguredjipa en 1965, Félicité Kavira Kananga vit, depuis 2006, l’accomplissement d’un rêve d’enfance. Celle qui rêvait un jour de participer à la gestion de la chose publique réussira à se faire élire dès les premières élections considérées comme ouvertes dans son pays.

A la fois ambitieuse et entêtée Félicité Kananga est aussi anticonformiste. « A l’époque quand les gens  chantaient et dansaient pour le président Mobutu (qui a installé une dictature sur la RDC de 1965 à 1997) je me disais qu’il ne m’étais pas permise de le faire moi au risque de me contenter de ce statut-là de simple citoyenne. Alors mon souci était que des gens chantent où dansent également pour moi un jour » se souvient-t-elle.

Au début des années 2004 ses ambitions la poussent à s’engager dans le processus électoral, en participant aux opérations d’enrôlement des électeurs. Membre d’une organisation non gouvernementale, elle était chargée de la sensibilisation de la population paysanne, chez elle à Lubero. Une année après, son ambition devient irrésistible. Elle décide de se jeter à l’eau en posant candidature comme députée provinciale. Son courage paie, elle sera élue seule femme parmi les députés qui constituent l’Assemblée provinciale du nord Kivu.

Dans une province où la politique est classée parmi les métiers réservés aux hommes, se faire élire par une population majoritairement caractérisée par la méfiance envers les femmes est un parcours de combattant

Il a fallu braver les barrières sociales

Pendant qu’elle était encore candidate, Félicité Kananga a dû subir de sérieux découragements de la part des membres de la communauté locale. Cela parce que, non seulement elle venait juste d’obtenir sa licence en sciences politiques et administratives et donc jugée moins expérimentée en politique, mais aussi parce que dans sa région du Nord-Kivu les femmes sont juste encouragées à rester ménagère et demeurer bonne mère de famille.

« Les membres de la communauté locale dans ma circonscription électorale me prenaient pour la plupart pour une folle car ils ne croyaient pas qu’une femme pouvait être d’abord élue avant même d’envisager d’exercer la fonction de députée. C’est grâce à ma témérité et le soutien de mon mari que je suis parvenue à convaincre mes électeurs » se félicite, Félicité.

A l’hémicycle, même seule femme dans une marée d’hommes,  elle ne souffre d’aucun complexe. Elle croit en ses compétences. « Je suis fière de moi quoiqu’étant seule femme dans un lieu peuplé quasi totalement par des hommes. Dans une province où la politique est classée parmi les métiers réservés aux hommes, se faire élire par une population majoritairement caractérisée par la méfiance envers les femmes est un parcours de combattant », fait-elle remarquer ».

A l’Assemblée provinciale ou ailleurs la lutte de Félicité Kananga s’est toujours  caractérisée par des nombreux plaidoyers et la sensibilisation pour la promotion de la femme. « Bien sûr que je suis naturellement forte mais le fait d’être la seule femme à l’Assemblée provinciale, organe législatif  de la province semble m’affaiblir et constitue un bâton dans la roue de mes initiatives et actions parlementaires », reconnaît-elle.

Félicité Kananga cherche du soutien. Elle se bat donc pour que les femmes parviennent à se faire élire nombreuses et la rejoindre à l’Assemblée ou accéder à d’autres instances de prise de décision.

En dehors de ses nombreuses luttes comme parlementaire où elle est présidente de la commission genre et parité, Félicité Kananga participe également aux côtés des organisations non gouvernementales à des sensibilisations pour conscientiser les femmes sur leurs droits et devoirs ainsi que les convier au leadership et la participation à la vie politique du pays.

Âgée de 52 ans et responsable d’un parti politique en province,  Félicité Kananga constitue un modèle pour de nombreuses femmes de la région du Kivu où les barrières sociales  sont encore fortes.

Source: wildaf-ao.org

LAISSER UN COMMENTAIRE