Un développement durable réussi passe par une compréhension des tendances démographiques, souligne l’ONU

0
84
La Commission de la population et du développement a ouvert lundi les travaux de sa cinquantième session consacrée aux liens entre l’évolution de la structure par âge de la population et le développement durable.

Cette session qui durera une semaine est l’occasion pour les Etats membres et les parties prenantes de débattre et de parvenir à un accord sur les questions de population qui sont au cœur même de la définition et de l’exécution d’une vision pour le développement durable au-delà de 2017, a résumé la Présidente de la Commission, Mme Ayla Ahmed Saif Al-Thani, du Qatar.

Aujourd’hui, on vit plus longtemps et en meilleure santé que jamais auparavant, s’est félicitée la Cheffe de Cabinet du Secrétaire général de l’ONU, Maria Luisa Ribeiro Viotti, qui représentait António Guterres à l’ouverture de la Commission. A cette occasion, Mme Viotti a souligné que la compréhension des tendances démographiques est essentielle pour promouvoir le développement durable dans l’intérêt de tous.

Le monde a connu une véritable révolution démographique depuis 1947, quand la Commission de la population a tenu sa première session, a rappelé le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, Wu Hongbo.

Le vieillissement de la population et le déclin démographique sont devenus les questions clefs pour un nombre croissant d’États. Cette évolution est reflétée dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Deux des méga tendances actuelles, à savoir la migration internationale et l’urbanisation, étaient absentes des Objectifs du Millénaire pour le développement mais sont fermement ancrées dans les objectifs de développement durable.

Depuis la Conférence de 1994, l’accent a été mis sur les droits de l’homme, les droits de reproduction sexuelle et l’autonomisation des femmes. Dans le même esprit, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 se concentre sur l’égalité, l’inclusion et les droits de l’homme.

« Le développement ne se fait qu’avec les personnes », a insisté pour sa part le Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Babatunde Osotimehin. Les dividendes démographiques offrent une façon très différente d’examiner les voies du développement durable dans les pays ayant un pourcentage important de jeunes gens, a ajouté le Directeur exécutif en appelant à « plus d’investissements dans l’éducation des jeunes, y compris sexuelle ».

En tant qu’organe technique chargé d’aider le Conseil économique et social (ECOSOC), la Commission suit, examine et évalue l’application du Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement, tenue au Caire en 1994, aux niveaux national, régional et international.

Dans le cadre de ce mandat, elle contribue également aujourd’hui au suivi et à l’examen du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Source: Centre d’Actualité de l’onu

LAISSER UN COMMENTAIRE