Chronique du gouvernement: Journée nationale du paysan à Kaya  « De grandes innovations en perspective »

0
152
La 20eme édition de la Journée nationale du paysan (JNP) se tient du jeudi 11 au samedi 13 mai 2017 à Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord. Placée sous le thème « Journée nationale du paysan : 20 ans d’existence, bilan et perspectives », cette grand-messe annuelle du secteur rural réunira autour du Chef de l’Etat et des membres du gouvernement, plus de mille producteurs agro-sylvo-pastoraux venus des quarante-cinq (45)  provinces du Burkina Faso, pour évoquer les grandes questions  du développement rural.

Le programme de cette 20eme édition de la JNP prévoit un meeting le vendredi 12 mai 2017 ; meeting au cours duquel les acteurs du développement rural vont apprécier l’état du secteur et décliner leur vision pour son essor. A cette occasion, le gouvernement procèdera à un don d’intrants et de matériel agricoles aux producteurs. Les plus méritants d’entre eux recevront des distinctions honorifiques. A l’issue de cette cérémonie, le président du Faso procèdera à l’ouverture solennelle de la foire agro-sylvo-pastorale, vitrine du savoir-faire de nos braves paysans.

L’entretien direct entre le Chef de l’Etat et les acteurs du monde rural, dans la matinée du samedi 13 mai 2017, marquera le clou de l’évènement. A ce propos, les acteurs vont effectuer, conformément au thème de la présente édition, un diagnostic sans complaisance de la JNP.

Il s’agira de déceler ses insuffisances, d’inventorier ses acquis et d’envisager une stratégie pour son optimisation et son innovation en vue d’en faire une véritable tribune de développement du monde rural.

Du reste, cette œuvre d’« introspection » a déjà pris forme au cours des foras régionaux préparatoires de l’évènement tenus du 27 avril au 03 mai 2017 dans les 13 régions du Burkina, et à l’occasion de plusieurs initiatives de pré-évaluation.

La JNP, une initiative inclusive et intégrée

La JNP est confrontée à deux problèmes majeurs. Le premier est lié à l’absence de structure pérenne, notamment un secrétariat permanent chargé du suivi des actions, des engagements et des recommandations. Le second tient à l’inexistence d’une ligne budgétaire particulièrement dédiées à la mise en œuvre des décisions prises.

Malgré ces insuffisances, la JNP a réussi son ancrage dans l’agenda des acteurs du développement rural. Pour preuve, la manifestation se tient de façon régulière, grâce à une forte volonté politique acquise à sa cause et à l’adhésion massive du monde paysan.

En effet, la JNP constitue en elle-même une initiative inclusive et intégrée, englobant l’ensemble des filières agro-sylvo-pastorales, halieutiques et fauniques, ainsi que leurs acteurs. Son caractère participatif est renforcé par son organisation de façon tournante dans les régions. 

Les acquis de la JNP

La JNP a inéluctablement un impact positif sur le secteur rural, à travers la mise en œuvre des engagements et recommandations pris à l’occasion de sa tenue. A titre illustratif, les engagements pris par les acteurs du développement rural en 2014 à Fada N’Gourma ont abouti à l’aménagement de 2 710 ha  de bas-fonds, à la  mise en valeur de plus de 2 000 ha de terre ainsi que la construction d’un centre de valorisation de produits agricoles nationaux dans la région du Centre.

Toujours à propos de la mise en œuvre des recommandations de la JNP 2014, il y a eu la mise à disposition des producteurs, à coût subventionné, de 14 322 tonnes de semences améliorées, 28 837 tonnes d’engrais minéraux, 22 992 unités de matériel agricole et 10 950 animaux de trait.

Par ailleurs, la Banque agricole, appelée de tout son vœu par la Confédération paysanne du Faso (CPF) à la 19eme édition de la JNP, est sur le point d’être opérationnalisée. Les intrants agricoles, sollicités par les producteurs en 2016 à Tenkodogo,   ont été subventionnés à leur profit à hauteur de 13 milliards de francs CFA au cours de la campagne 2016-2017.

Toujours au titre de la mise en œuvre des recommandations adressées au gouvernement en 2016, on peut citer la formation de 150 entrepreneurs agricoles aux techniques managériales et de 45 acteurs aux techniques de transformation des céréales. Dans la même dynamique, le gouvernement a aussi soutenu l’organisation de 22 journées promotionnelles de produits agricoles à travers le Burkina Faso.

Enfin, dans le domaine des politiques agricoles, le gouvernement a régionalisé le processus d’élaboration du Programme national du secteur rural (PNSR) afin qu’il soit la photographie fidèle des priorités des populations rurales, conformément aux recommandations formulées à la 19eme JNP.

Kaya reste un tournant décisif, car soucieux du rayonnement de la JNP, le gouvernement et les acteurs non étatiques du secteur rural devront adopter à cette 20ème édition, des innovations majeures censées renforcer la haute valeur référentielle de l’évènement qui a déjà inspiré de nombreux pays de la sous-région. Il s’agit de faire de la JNP une biennale, d’en créer un Secrétariat Permanent et d’en déterminer à l’avance le thème lors des éditions en cours.

En rappel, la Journée Nationale du Paysan s’est tenue pour la première fois à Léo en 1993. A l’instar de la première, les deux éditions suivantes  organisées en mars 1996 à Djibo dans la région du Sahel et en avril 1998 à Dédougou dans la région de la Boucle du Mouhoun ont porté sur les préoccupations des paysans, sans être axées sur un thème précis. Mais depuis sa quatrième édition qui a eu lieu en avril 1999 à Bogandé dans la région de l’Est, la JNP a abordé des thématiques allant de l’utilisation des semences de qualité à l’intensification et à la diversification des productions agricoles en passant par la promotion de la petite irrigation et de la filière bétail viande.

Ministère de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques

LAISSER UN COMMENTAIRE