Elections complémentaires et partielles du 28 mai « Mesdames à vos marques »

0
163
Marine le pen la candidate du front populaire en France a été battue au second tour de la présidentielle du 07 mai dernier par Emmanuel Macron.. Cette défaite malgré toutes les supputations, n’est pas inédite. Elle est même un épiphénomène.  C’est tout simplement sur un bis répétitif de la défaite de Hilary Clinton face à Donald Trump aux Etats Unis d’Amérique. La fille du va t’en guerre Jean-Marie Le Pen n’a donc pas réussi la prouesse de ses deux voisines à savoir Margueritte Meir en Angleterre ou de Helen Johnson Searlef au Liberia en terre africaine. Le Burkina Faso, lors de la dernière présidentielle, a enregistré deux candidatures féminines à savoir celle de feue Françoise Toé et de Saran Sérémé. Etant à leurs  toutes premières  candidatures, elles ont eu peu de chance face aux vieux loups de l’arène politique. La question que l’on se pose est de savoir pourquoi les femmes sous nos tropiques sont peu nombreuses dans la haute sphère politique.sont-elles victimes du caractère macho des hommes , ou recalées par des présentateurs socio-culturels qui feraient que les hommes acceptent mal, d’être gouverner ou commander par des dames ?

Qui de leur représentation dans les instances de décision politique? actuellement  l’argentier du Burkina est une dame, madame Rosine Coulibaly/Sory qui tient le portefeuille stratégique  de l’économie des finances et du développement. Cependant, il faut le reconnaître rares sont les femmes qui ont pu créer et qui dirigent des partis dans la faune politique burkinabè ou il existe plus d’une centaine de formations politiques

Dans ces conditions comment peuvent-elles se hisser et d’avoir leur émancipation politique ? sur les listes électorales, elles se contentent de postes de suppléantes ou être en bas de liste, ce qui restreint drastiquement leur chance d’être élues. Au moment du partage du gâteau électoral, elles se retrouvent avec des strapontins. Grandes électrices, car elles représentent plus de la moitié de la population burkinabè. Les dames ont une forte capacité de mobilisation des électeurs au moment des campagnes électorales. Si des partis politiques se réjouissent de voir en leur sein une forte présence féminine certains n’ont  pas pu respecter le quota genre.

Ce ne sont pas les initiatives qui ont manqué pour donner le goût de la chose politique aux femmes burkinabè. Une coalition des femmes dans les partis politiques avait tenté de les former et de les appuyer pour qu’elles se décomplexent , mais malheureusement  cette initiative à fait long feu, car comment des militantes de la majorité et celles de l’opposition peuvent souffler dans la même trompette ? a la guerre comme à la guerre les hommes politiques généralement font fi de tout scrupule, pour parvenir à leurs fins..Ce que la gent féminine semble oublier au Faso. .Certaines devant la moindre adversité intimidation, harcèlement ,défaite , etc, baissent les bras. Mais ne dit-on pas que le menteur vit au dépend de celui qui l’écoute ?

L’histoire nous enseigne que pendant des décennies certains présidents ont d’abord été de farouches opposants avant de goûter aux délices de la magistrature suprême. Alors que l’humilité de ténacité et de persévérance ont-ils fait preuve  pour accepter leurs idéaux par les électeurs.

Les dames à vos marques pour les élections partielles complémentaires du 28 mai prochain ouvert à toutes les formations politiques

Koné Mamadou

LAISSER UN COMMENTAIRE