«Le Sahel est notre priorité», affirme un rapport de l’ONU

0
127
Avec plus de 70 millions d’habitants, dont les deux tiers sont âgés de moins de 25 ans, le Sahel est l’une des régions les plus pauvres du monde. Le terrorisme, de trafic d’armes et de drogues, les déplacements forcés, la famine ou encore la sécheresse sont des menaces grandissantes pour la région. L’expansion des groupes terroristes liés à Al Qaida et à l’EIIL depuis les crises libyenne et malienne de 2012 continue de fragiliser les efforts des États œuvrant en faveur de la bonne gouvernance et du développement humain.

Recouvrant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, et le Tchad, la région du Sahelse situe dans une zone semi-désertique. Afin de mieux répondre aux menaces auxquelles celle-ci est confrontée, l’ONUDC apporte un appui important en faveur du contrôle efficace des frontières, de systèmes de justice pénale accessibles, efficaces et responsables, ainsi que pour le renforcement des capacités des agents d’application de la loi. En 2013, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a voté une Résolution instituant une Stratégie Intégrée pour le Sahel. Lancé mi-juin, le Rapport d’activités du Programme Sahel de l’Office des Nations Unies contre le crime et la drogue montre la forte implication de l’ONU dans la région, qui se traduit par des résultats prometteurs des gouvernements. Au cours du lancement de ce rapport, S.Hon. Marou Amadou, Ministre de la Justice du Niger a déclaré que: « les actions et interventions de l’ONUDC (…) nous ont permis de former les acteurs de la chaine pénale sur ces différentes thématiques; ceux-ci sont désormais sensibilisés sur leur rôle et intègrent dans leurs pratiques quotidiennes les normes internationales et les outils techniques développés en matière de prise en charge et traitement des cas qui leursontsoumis ». Depuis sa mise en place en 2014, le Programme Sahel soutient les efforts des institutions gouvernementales, en se concentrant sur la prévention du terrorisme, la lutte anti-corruption, la gestion des frontières, et l’amélioration des systèmes judiciaires et des institutions d’application de la loi, afin de promouvoir la paix et la stabilité au Sahel. Une approche régionale offre une base solide pour répondre de manière efficace à ces défis. Aussi, l’ONU travaille en étroite collaboration avec les pays du G5 Sahel pour consolider leurs capacités. L’ONUDC a notamment appuyé la mise en œuvre et l’opérationnalisation de la Plateforme de Coopération en matière de Sécurité du G5. Le Programme d’appui de l’ONUDC vise à favoriser le partage d’information dans le cadre d’une lutte efficace contre le terrorisme et le crime organisé.

Des résultats concrets :

• Les autorités maliennes ont démantelé un réseau de traite de personnes opérant au Mali.

• Le Tchad renforce ses mesures anti-terrorisme en créant une cellule de coordination anti terroriste pour faciliter le partage de renseignement.

• Le G5 Sahel a mis en place une Plateforme de coopération en matière de sécurité (PCMS).

• Le Burkina Faso a voté deux lois anti-corruption.

• Le Niger signe un Protocole de l’ONU pour la protection des enfants liés aux groupes terroristes et extrémistes violents.

• Le Burkina Faso crée un Pôle Judiciaire Spécialisé pour lutter contre le terrorisme et son financement.

• Le Niger a recouvert plus de 5 millions de dollars US en avoirs. Une partie de ces fonds a été retrace jusqu’à un hôpital proche de la capitale, de Niamey.

• Depuis 2015, les aéroports internationaux de la région ont saisi 45 kg de drogues, 114 passeports, 87 kg d’or, et plus d’ 1,5 millions de dollars US non déclarés.

M. Lapaque, Représentant Régional de l’ONUDC pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a affirmé lors du lancement du rapport que: « ces résultats démontrent un changement positif qui s’opère dans la région. Les gouvernements du Sahel ont fait des progrès remarquables depuis les dernières années, et ont adopté, avec l’aide de l’ONUDC et d’autres partenaires, des lois et des outils qui respectent les Conventions internationales et qui font partie de la solution ».

Vers une plus grande coopération Sud-Sud Le Programme Sahel poursuivra sa mise en œuvre en renforçant l’accent mis sur la coopération Sud-Sud, et notamment sur les pays du G5 Sahel. Les axes prioritaires définis pour l’action de l’ONU dans la région sont la lutte contre les combattants terroristes étrangers et pour la prévention de la radicalisation ; il s’agit aussi de la mise en œuvre de techniques d’enquête proactives pour lutter plus efficacement contre les évolutions du crime organisé et la cybercriminalité. Fin 2016, le Secrétaire Général s’est félicité de l’étroite coopération entre l’ONU, le G5 Sahel, l’Union Européenne entre autres partenaires, en faveur de la stabilité dans la région ; il a affirmé que « l’ONU est résolue à veiller à la bonne mise en œuvre de la Stratégie intégrée de Nations pour le Sahel ». M. Lapaque a conclu le lancement du Programme en affirmant que  » le Programme Sahel et les résultats atteints constituent une base solide sur laquelle se fonder pour doter les pays du Sahel de l’assistance nécessaire pour promouvoir la paix dans la région, mais également pour restaurer la confiance des populations vulnérables envers les autorités gouvernementales »

Capture

LAISSER UN COMMENTAIRE