Vive les vacances !! vive le vagabondage !!

0
133
Avec les vacances des écoles primaires et secondaires, on constate de plus en plus l’apparition de gamins en bandes allant dans un sens et l’autre dans les secteurs de la ville de Ouagadougou. En fait, que cherchent t – ils en déambulant, débraillés, pendant que leurs parents ne savent exactement pas où, ils sont.

Munis de bâtons, de boites et même de lance-pierre, ils chassent des margouillats, salamandres et autres animaux volant au risque de briser les vitres de véhicules. Ils font parfois un tintamarre, occasionné par le bruit des boîtes qu’ils tapent. Pour avoir reçu, un coup d’un de ses camarades certains pleurent ou chantent à tue-tête, pour déranger ceux qui veulent se reposer dans la quiétude.

Au mépris du danger, ils plongent dans les mares créées par les eaux de pluies. Ils fouillent les touffes d’herbes remplies de tessons de bouteille, de pointes au risque de se faire blesser.

 L’habitude dit-on vient en mangeant. Il est dommage de constater qu’il ya des élèves qui n’ont pas pendant les vacances une occupation saine et utile, pouvant les instruire et faire d’eux des hommes responsables. Pire les mauvaises fréquentations corrompent les bonnes mœurs pendant les quatre mois de calvaire que vivent certains parents, leurs enfants désœuvrés risquent de basculer dans la délinquance au contact de camarades qui se sont mis au banc de la société.

 Des parents initient leurs enfants au petit commerce. Cela tend à disparaître mais, il ya certains parents qui envoient leurs petits au village pour apprendre à cultiver et connaitre la vie en milieu rural, mais le gros du lot est laissé à lui-même. Sortis tôt le matin pour une destination inconnue, ils pataugent dans les eaux de pluies et les bas-fonds. Ils peuvent se blesser dans leur débauche d’énergie.

 Les parents qui habituellement confient l’éducation de leurs enfants aux instituteurs et professeurs ne savent plus à quel saint se vouer. Il est regrettable que certains ne savent pas et ne cherchent même pas à savoir ce que font leurs garçons pendant les vacances.

 Les jeunes filles scolarisées, quant à elles se transforment pour les vacances en commerçantes occasionnelles. Ce n’est pas le jour de la chasse que l’on entraîne son chien ! C’est aujourd’hui donc qu’il faut prendre le taureau par les cornes, pour avoir demain des hommes et femmes responsables, l’Etat pourrait recruter des sociologues, psychologues et des éducateurs pour qu’ils contribuent à montrer à ses petits innocents le chemin à suivre. Il est encore temps de le faire.

Koné Mamadou

LAISSER UN COMMENTAIRE