De plus en plus au Burkina, surtout a Ouagadougou, il est très difficile pour les usagers de bien circuler du fait du mauvais état des routes en cette saison hivernale. Boue, poussière, creux, crevasses, flaques d’eau, etc dans la voirie constituent un vrai casse-tête pour ces derniers qui empruntent les voies en cette saison. Au vu de ce constat déplorable, l’équipe de fasoamazone.net à dépêcher ses hommes sur le terrain pour constater de visu le calvaire de la population. C’était le 25 août dernier.

La première étape du constat à amener l’équipe de reportage dans le quartier de Paspanga. Là le constat est alarmant.
La voie qui mène au commissariat de Paspanga en saison hivernale n’est pratiquement pas praticable. « quand il pleut on ne peut même pas porter de vêtements blancs, car la boue peut facilement vous éclabousser à cause du mauvais état des voies, pourtant c’est cette voie que j’emprunte tout le temps pour me rendre à mon lieu de travail, imaginer un peu combien est grande notre souffrance » déclare Aziz Sawadogo, un des usagers de cette voie.

La route presque inexistant a cause de l'inondation
La route presque inexistant a cause de l’inondation

Pour Aminata Tiemtoré une riveraine, pointe du doigt l’Etat, « c’est le gouvernement qui est fautif dans tout ça. le dit-elle « le gouvernement ne donne pas les marchés de construction des routes aux entreprises qualifiées, le goudron est mal fait parce que chacun veut faire « je retiens » et nous les populations nous souffrons ». il a été également constaté certaines situations bien plus graves notamment les inondations. Surtout la forte pluie qui s’est abattue sur tout le territoire ce 23 août 2017, à peine si on pouvait apercevoir le goudron.
Les eaux avaient submergé la voie qui mène vers la cité Azimo en passant devant « le Festival des glaces ». Sur place les dégâts étaient perceptibles et les commerçants qui exerçaient leur commerce sur les lieux étaient inconsolables. Les Eaux ce sont introduites dans les lieux de commerce faisant ainsi d’énormes dégâts que ces derniers auront du mal à réparer. « nous travaillons honnêtement pour gagner notre vie, déjà même que le marché est bizarre et voilà que l’eau de pluie vient nous compliquer les choses, moi en tout cas je demande au gouvernement de faire quelque chose pour réparer les voies sinon ça ne va pas. » confit Hamadou Larsaga, un des commerçants.

Les eaux diluviennes ont complètement ravagé cette voie.
Les eaux diluviennes ont complètement ravagé cette voie.

L’équipe a ensuite fait un tour du côté de la Zone du bois sur la voie qui mène à la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou(MACO). Là c’est une route en plein aménagement que l’équipe a trouvé « cela fait près de deux ans que cette voie est difficilement impraticable et les travaux n’avancent pas et la poussière veut nous tuer. Quant-il pleut ici on n’est obligé de circuler tout doucement de sorte à ne pas nous éclabousser ni faire d’accident.
Je demande au gouvernement de penser à nous, réparer, et construire vite la voie afin qu’on puisse circuler librement » déclare un usager en colère. Non loin de là des vendeurs de fruits et de poissons frais au milieu de la poussière et de la boue. De l’autre côté de la route dans de petites flaques d’eau des crocodiles ne passent pas inaperçue. Souvent ceux-ci sont au milieu de la voie et circulent parmi les passants, ce qui ralentie la circulation et cause souvent la psychose, et des accidents au niveau des riverains.

Frédéric TIANHOUN

LAISSER UN COMMENTAIRE