Rentrée politique du MPP sous le thème de « la restauration de l’autorité de l’Etat et le défi sécuritaire »

0
69
Les membres du bureau politique du MPP, avec Simon Compaoré ont animé la rentrée politique.
« Le pouvoir du MPP  à été construit sur du Rock  » Simon Compaoré 
Le 05 octobre 2017 a marqué la rentrée politique du Mouvement du peuple pour le progrès(MPP). Cette rentrée a eu lieu au siège national du parti et c’est  par une conférence de presse que les militants du MPP ont choisi de donner pour commémorer cette rentrée. 
Militants et sympathisants sont sortis nombreux à l'occasion.
Militants et sympathisants sont sortis nombreux à l’occasion.
Au cours de cette rencontre divers ont été les thèmes abordés, notamment la question sécuritaire, le bilan sur la gouvernance du pouvoir en place, la question de la justice ainsi que la question sur l’annulation du meeting du CED de Pascal Zaida.
Le Vice-président du MPP Simon Compaoré
Le Vice-président du MPP Simon Compaoré
Pour ce qui concerne la sécurité, le 1er vice-président  parti  Simon Compaoré pense  que cette insécurité grandissante au Burkina est due au fait que  certaines personnes de l’ex régime avait signé des pactes avec ces terroristes qu’il nomme « pacte avec le diable » et vu que ce régime a été destitué, ces derniers notamment les terroristes par manque de gains des mêmes faveurs de la part du nouveau régime sont en train de vouloir déstabiliser le peuple burkinabè. Il aborde également le fait que le terrorisme est un  phénomène nouveau pour l’ensemble des burkinabés, donc nécessite de la patience pour y remédier. 
Pour lui des progrès sont en train d’être faits concernant le sujet car d’après lui 9 commissariats dans le sahel seront bientôt construits pour lutter contre le phénomène. Mais néanmoins appel tous les burkinabés à ne pas céder à ce qu’il appel de la pure « intimidation ». « Nul n’est éternel c’est vraie mais nous disons à ces personnes qui essaient de nous tuer que nous mourons les armes à la main pas question d’aller voir ces terroristes pour signer un quelconque pacte comme certains le proposent» déclare-t-il avec ferveur.
La restauration de l’autorité de l’Etat, c’est le deuxième point abordé lors de cette rencontre. Le MPP à travers la voix de son vice-président, Simon Compaoré invite le gouvernement Kaboré à une séparation de pouvoir car le dit-il « la restauration de l’autorité de l’Etat exige une justice efficace et compétente ». Quant à la question du retour de son ancien compagnon de lutte Blaise Compaoré, Simon Compaoré sous un air comique rappel que Blaise Compaoré à fuit de lui-même le Burkina et que son retour n’engage que lui. 
Il rappelle qu’un mandat d’arrêt a été lancé contre lui et que la première chose à laquelle il fera face à son retour au Faso c’est de répondre de ses actes devant la justice.
Il profite également du moment pour faire taire des rumeurs qui circulent en ce moment sur la toile prétendant qu’un lieu est en train d’être construit pour le retour de Blaise Compaoré. « Ceux-là qui disent que Blaise va revenir au Burkina et qu’il y aurait un lieu qui serait en train d’être aménagé pour son retour, hé ! Hé ! Hé !  Attention à vos propos ». La question des deux généraux a également été abordée. « Pour ceux qui demandent la libération de ceux-là qui ont perpétré le coup d’Etat endeuillant de nombreuses familles notamment Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré n’ont sûrement pas perdu de parents proches durant ce dit putsch si non ils n’allaient pas parler de libération des deux généraux. Moi particulièrement je garde toujours les douilles du coup d’état. J’ai failli même y perdre la vie » le rappelle-t-il en souriant.
Quand la question de l’annulation du meeting du CED a été abordée le siège du parti MPP s’est transformé en un théâtre. « Ce Zaida, il est qui ce bonhomme là pour défier l’autorité de l’Etat? Moi je pense que ce nommé Zaida va se blesser à force de jouer avec le feu. Ceux-là qui lui donne de l’argent pour qu’il vienne s’exhiber devant nous auront à répondre de leurs actes quand le moment sera venu. Les Zaidas ce sont des personnes qui ont refusé de travailler honnêtement et ils se cachent pour aller prendre des enveloppes en Côte d’Ivoire pour venir parler au hasard mais quand l’argent va finir ils auront le peuple burkinabè devant eux ».
Simon Compaoré sous les applaudissements des militants déclare être pressé que 2020 arrive afin que lui et les autres ministres puissent faire le bilan de ce qui a été fait depuis que le MPP est arrivé au pouvoir. Il est confiant que le MPP se porte bien et que les rumeurs qui prétendent sa faiblesse après la mort de Salifou Diallo sont fausses. Il souligne que  Le pouvoir du MPP a été construit sur du ‘’Rock’’ donc pas de quoi à être inquiet. Il donne même  un bref aperçu des réalisations que le pouvoir a eu à faire depuis son avènement. « depuis que le Burkina Faso existe on a jamais fait ça » déclare-t-il. « 433 médecins généralistes qui ont été recrutés en 2016, qui dit mieux ? en 2017 alors que l’année n’est pas achevée 178 médecins généralistes recrutés ;2 cardiologues en moyen dans tous les CHR, avant pour trouver des cardiologues il fallait remonter à Ouagadougou, qui dit mieux?, 2 gynécologues par CHR, qui dit mieux ?, gratuité des soins au profit des femmes enceintes et les enfants de moins de 05 ans cela va se réitérer encore en 2018.
Inche  Allah; autonomisation des universités de Ouahigouya, Fada,  des infrastructures et des restaurants universitaires sont près, 100  enseignants ont été recrutés pour les universités ; 47 chercheurs recrutés  avec tout ça on dit que les choses ne bougent pas ».
Il est par ailleurs important de noter que cette rentrée est une première après le départ brusque du Dr Salifou Diallo ex président du parti. Quand la question de sa succession a été abordée, le premier vice-président toujours avec un air comique pense que cela ne regarde en rien la presse et que les derniers qui peuvent lui poser la question sont exclusivement les militants du MPP. Es-ce une façon de dire que désormais c’est le vice-président en l’occurrence lui-même Simon qui dirigera le parti désormais? En tout cas la question reste posée.
Frédéric TIANHOUN 

LAISSER UN COMMENTAIRE