BURKINA FASO: Bilan sécuritaire 2017

0
139
Le ministre d’Etat, ministre de la Sécurité, Simon Compaoré était face aux médias ce lundi 8 janvier 2018. Le patron de la Sécurité, a tenu, en début de la nouvelle année, à faire le bilan des actions conduites par son département. Ce qui en ressort, c’est que tout va bien dans le meilleur des mondes. La supposée tentative de déstabilisation perpétrée par Denise Auguste Barry, sa convocation par le Chef de File de l’Opposition (CFOP) ce sont également invités au point de presse.
Les responsables des différentes départements du Ministère de la Sécurité.
Les responsables des différentes départements du Ministère de la Sécurité.

09 sur 10, c’est la note qu’on pourrait donner au ministre de la Sécurité Simon Compaoré après l’avoir entendu sur le bilan des actions menées par son département en 2017, ce lundi 8 janvier 2018, au cours d’un point de presse. En effet, le

Le Ministre d'Etat et Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, animateur principal de la conférence.
Le Ministre d’Etat et Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, animateur principal de la conférence.

patron de la sécurité burkinabè est satisfait de son bilan. En tout cas pour ce qui concerne l’année écoulée, à la tête du département ministériel, le tableau est peint en rose.
Parmi les points de satisfaction, l’acquisition du matériel roulant d’une valeur de plus de 10 milliards de francs CFA, a reçu une mention spéciale de la part du premier responsable du ministère en charge de la Sécurité. « Depuis 2012, le Burkina n’a jamais pu atteindre ces résultats. Près de 1000 engins (2 et 4 roues) », laisse-t-il entendre. Avec ses 15 282 agents au ministère de la Sécurité, M. Compaoré déplore l’insuffisance de ressources financières et matérielles pour leurs satisfactions. Pour terminer, le patron de la Sécurité burkinabé soutient que l’année 2018 sera consacrée à plus d’action et moins de bavardage. A cet effet, quelques perspectives sont prévues par son ministère pour lui donner encore un plus valu. « L’année 2018 sera consacrée essentiellement à l’élaboration de la mise en circulation des passeports, et de la carte d’identité CEDEAO », indique-t-il et d’ajouter qu’il sera également question de redynamiser la police de proximité.

Pour la question de savoir si le ministre de la Sécurité a été entendu par la Gendarmerie nationale concernant la plainte de Chef de file de l’Opposition burkinabé, Simon a répondu sans langue de bois. « Je n’ai pour le moment pas reçu de convocation, quand j’en recevrai, j’irai répondre ». Idem pour une question en rapport de la suite de l’attaque du Café Aziz Istambul dans la nuit du 13 au 14 août 2017. Là aussi, M. Compaoré, déclare que ce n’est pas son ministère qui s’occupe de l’enquête. « C’est le Procureur général et le ministère de la Justice qui sont sur le coup, il serait donc malsain de ma part, de parler à leur place », estime-t-il. Aussi un autre point abordé au cours du point de presse, est en rapport avec l’état de mise en œuvre de la force commune du G5 Sahel. « Une réunion en fin janvier est prévue pour faire le point. Nous espérons qu’au premier trimestre de l’année, les lignes devront bouger », conclut-il.

JUSTINO

LAISSER UN COMMENTAIRE