Infographie – Élections en Afrique en 2018 : un programme chargé et beaucoup d’incertitudes

0
247
L’année 2018 sera à quitte ou double pour l’avenir ou le devenir de certaines démocraties africaines. L’attention va se concentrer sur le Zimbabwe, pays en pleine refonte. Mais le Cameroun de Paul Biya, le Mali d’IBK ont aussi rendez-vous dans les urnes. Enfin le feuilleton des élections congolaises devrait connaitre son lot de rebondissements. Détails en infographie.

Qui aurait cru que les Zimbabwéens choisiraient en 2018 le successeur de Robert Mugabe ? Sous la contrainte, « Bob », 93 ans dont 37 au pouvoir, a annoncé sa démission le 21 novembre 2017. Mais après l’intérim d’Emmerson Mnangagwa, la prochaine élection présidentielle sera-t-elle libre et transparente ? Rien ne permet de l’affirmer.

Au Cameroun, Paul Biya, 84 ans, devrait quant à lui rempiler en octobre. Comme à son habitude, le locataire longue durée du palais d’Etoudi (depuis 1982) n’annoncera sa candidature qu’au dernier moment. Mais face à une opposition qui peine à s’unir et dans un pays quadrillé par le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), il est l’immense favori. Un nouveau mandat lui permettrait de battre le record au pouvoir de Mugabe dès 2019.

Élu en 2013 au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, lui, ne réclame qu’un second mandat. Et est bien placé pour l’obtenir en juillet, même si beaucoup lui reprochent de ne pas avoir réglé laquestion du Nord.

Reste le colossal chantier des élections présidentielles, législatives, provinciales et locales en RD Congo, prévues le 23 décembre. Selon la loi, Joseph Kabila ne peut briguer un nouveau mandat. Après déjà moult reports, le scrutin peut-il encore être repoussé ? L’année 2018 promet d’être tout sauf un long fleuve tranquille.

jeuneafrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.