Côte d’Ivoire : Une prostituée dépouille son «client»

0
295
Pierre n’est pas loin d’oublier cette nuit du 21 février passée à Yamoussoukro dans la capitale politique de la Côte d’Ivoire. Il ne s’en revient pas encore. Et dire que l’homme ne voulait que se faire plaisir !

En effet, après une longue année de travaux champêtres, Pierre décida de retrouver les siens dans son village natal. Le vigoureux paysan était en route lorsque tomba la nuit.

A 19h, pouvait-il prendre le risque de continuer le chemin sans subir les coupeurs de route ? Pierre se résolu à marquer une pause à Yamoussoukro. Fatigué, il décida d’étancher sa soif dans l’un des endroits bien chauds la capitale.

Dès la première levée de coude, comme des tisserins, une nuée de prostituées se déversa sur le pauvre paysan. Très entreprenantes, elles firent des propositions alléchantes. Pierre ne put contenir ses pulsions.

Ses mains devinrent moites de désir. Il finit par s’offrir une forme svelte dans ce catalogue de prostituées.

Heureuse de sa trouvaille nocturne, la prostituée l’incita à se rendre dans un bar de la place. Le pauvre Pierre s’alia à Bacchus. Ivre d’alcool et de désir, il se mit à suivre la prostituée comme un chien suit son maître. Destination: Une chambre d’hôtel.

Il fut malmené sexuellement pendant une bonne heure. Durant son jeu sexuel, Pierre oublia qu’une telle activité physique est plus épuisante que les travaux champêtres.

Emporté par le sommeil, il abandonna son corps et ses biens à l’experte en sexe.

Sans tarder, elle passa au peigne fin les poches de Pierre et lui vola toute son économie ainsi que téléphone. 400.000 F CFA, telle est la somme soutirée des affaires de Pierre.

Passé le temps du sommeil, l’homme se rendit compte que sa partenaire d’un soir, n’était pas seulement une virtuose du sexe. Elle maitrisait l’art du vol.

En une nuit, Pierre perdit tout au bout d’un plaisir nocturne. Les larmes étouffées par un regret, l’homme aura-t-il le courage d’expliquer sa mésaventure à sa famille ?

Pas sûr.

APRNEWS

LAISSER UN COMMENTAIRE