Attaque du 2 mars 2018 : M. de l’ANR prenez nous au sérieux

0
376
L’enquête sur l’attaque terroriste du 2 mars 2018 commence à révéler les secrets. Selon les sources, d’après le Courrier Confidentiel, l, Agence Nationale de Renseignement ANR avait reçu une alerte concernant cette attaque. Qu’ont-ils faits ?
Le Courrier Confidentiel dans sa parution numéro 151 du 10 mars 2018 indique qu’au matin du 2 mars, un informateur avait encore appelé mais il n’a pas été pris au sérieux. Bien avant, il avait fait mention de 3 ( trois )cibles dont la Présidence du Faso, l’Etat-major et l’Assemblée nationale.
Mais il se trouve que l’ANR n’a visiblement pas pris cela au sérieux. Quand une information de ce genre tombe dans vos oreilles, les M. de l’ANR  s’il vous plait, vérifiez. Elle ne l’a pas fait si bien que des sources internes de la boite laissent entendre qu’avant les attaques, le même informateur a appelé mais il n’a pas été décroché. Ne faisant pas officiellement partie des services burkinabè, elle ne l’a pas décroché.
Pourtant lors du premier contact, il a été clair : des explosifs étaient frauduleusement entrés au Burkina. Selon lui, les terroristes qui devraient procéder à l’attaque étaient déjà sur le territoire. Certains même seraient entrés  au Burkina peu avant l’attaque du Café Aziz Istambul en 2017. Concernant les explosifs, ils sont rentés au Burkina via le Benin voisin et a même cité le nom d’un operateur économique qui serait impliqué dans ces genres de trafics.
Il va donc falloir désormais que LANR, qui joue un rôle stratégique et de veille pour la sureté de l’État, agisse vite et bien surtout dans ce contexte d’insécurité, aucune information n’est à prendre à la légère. A bon entendeur salut.
Justin Ouattara/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.