Mise en œuvre de PNDES : le comité de pilotage fait sa revue annuelle

0
174
Le Comité national de pilotage du Plan National de Développement Économique et Social (PNDES) tient sa session ordinaire de l’année 2018 à Ouagadougou. Il s’agi pour Paul Kaba Thiéba, président du comité avec les membres de l’exécutif, les gouverneurs ainsi que les partenaires techniques et financiers, d’examiner et valider le rapport de performance de l’année 2017 et trouver des perspectives 2018-2020 du PNDES.

Les gouverneurs ainsi que les partenaires techniques et financiers à cette session ordinaire
Les gouverneurs ainsi que les partenaires techniques et financiers à cette session ordinaire

Corriger les imperfections constatées en 2017 afin d’accélérer la mise en œuvre en 2018, du référentiel burkinabè du développement économique et social, c’est la quintessence de la rencontre initiée par le chef de l’exécutif Paul Kaba Thiéba, président du comité de pilotage du Plan National de Développement Économique et Social (PNDES) ce vendredi 11 mai 2018 a Ouagadougou.
Après les interventions des gouverneurs de régions, des acteurs de la décentralisation, du secteur privé, des membres du gouvernement, il ressort qu’un contrat d’objectif sera signé entre l’État et 26 collectivités territoriales, foi de Paul Kaba Thieba.

Les participants a cette session
Les participants a cette session

À en croire le Premier ministre, en dépit des difficultés rencontrées en 2017 dans la mise en œuvre du PNDES, des résultats forts satisfaisants ont été engrangés. Parmi les difficultés de mise en œuvre du PNDES, Paul Kaba Thiéba jette l’anathème sur les revendications salariales d’ampleur inédite et la poursuite des attaques terroristes occasionnant des réaménagements budgétaires ayant perturbés l’exécution du budget.

Il fustige également le déblocage tardif des ressources du budget de l’État au profit des structures et la défaillance de certaines entreprises adjudicataires de marchés publics
Ainsi, au plan économique et social, la croissance qui était de 5,9% en 2016 est monté 6,7% en 2017. Une avancée capitale est remarqué, déclare M. Thiéba, dans le domaine de la réforme des institutions et de la modernisation de l’administration avec la finalisation de l’avant-projet de la Constitution de la Ve République. Il laisse entendre que 61 projets de loi sur 64 ont été ad entre autres.

En matière de Défense et de Sécurité, une loi de programmation militaire qui permettra d’optimiser la mise en œuvre du Plan stratégique de réforme des forces armées nationales a été adopté, soutient le président national du comité de pilotage. À cela s’ajoute le renforcement de capacité opérationnelles des forces de défenses et de sécurité à travers l’augmentation des effectifs de la police nationale, de la gendarmerie, de la garde de sécurité pénitentiaire, de la Brigade des sapeurs-pompiers, etc.

Pour ce qui concerne le secteur éducatif, le Premier ministre affirme que l’accès à l’éducation primaire et la qualité a été améliorée. Comme preuve il se réfère à la construction 315 nouvelles salles de classes en 2017. L’octroi de 5071 bourses dont 2717 pour les filles au titre de l’année 2017/2018 a été un des supports pour étayer sa thèse.

En matière d’infrastructures énergétiques, il a mentionné l’achèvement de la construction de la Centrale solaire photo voltaïque de 33 Mégawatts crête de Zagtouli et de celle de Ziga d’une capacité de 1,1 Mégawatts crête. Mais tout cela ne semble pas sortir les burkinabè des ténèbres. Dès l’entame du discours d’ailleurs d’ouverture du Premier ministre, une coupure de courant est intervenue pendant quelques instants . Il a clôt ses propos non sans demander le soutien des partenaires techniques et financiers.

Justin Ouattara/ www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE