Direction générale des douanes : « il faudra faire preuve d’imagination pour améliorer le recouvrement », dixit Adama Sawadogo

0
83

La Direction générale de la Douane doit faire une hausse de recette de 15,13% cette année. Pour cela, elle a tenu une conférence de presse ce vendredi 18 mai 2018 à Ouagadougou pour donner l’information et indiquer à l’opinion, la procédure à suivre pour y arriver. Il était question également pour l’administration douanière d’informer les citoyens sur les activités douanières afin qu’ils puissent participer activement au développement socio-économique du pays.

Les participants à cette conférence de presse
Les participants à cette conférence de presse

Les objectifs assignés à la Direction générale des Douanes sont de l’ordre de 694,93 milliards pour l’année 2018 soit une hausse de 15,13% comparativement à l’année précédente. L’information a été donnée ce vendredi 18 mai 2018 à Ouagadougou au cours d’une conférence de presse.

A priori, ces objectifs peuvent paraitre difficiles à atteindre surtout lorsque l’on considère certains facteurs comme le faible accroissement du volume des importations d’une année à l’autre et la dépense fiscale de plus en plus forte. Mais qu’à cela ne tienne, les premiers responsables de l’administration douanière a prévu une batterie de mesures. D’après le Directeur général de la douane Adama Sawadogo, il faudra faire preuve d’imagination pour améliorer le recouvrement. Cela passera sans nul doute, à en croire le DG de la douane, par le renforcement de la lutte contre la fraude et l’introduction de reformes allant dans le sens de la modernisation et de la simplification des procédures douanières.

Ainsi, la première mesure qui sera désormais appliquer, est le déchargement systématique des camions de plus de deux articles. M. Sawadogo précise que le déchargement en lui-même n’est pas une nouvelle mesure dans le processus de dédouanement mais sa systématisation. La deuxième mesure consiste à annexer à la déclaration en douane, le connaissement, le bordereau électronique de suivi de cargaison et la facture fret maritime si les incoterms sont PDU, FOB ou FAS. Une autre mesure, non des moindre, est de lister et fixer des valeurs de référence pour les 20 produits les plus importés au Burkina et qui alimente les courants de fraude. Enfin, il s’agit aussi de minimiser la fraude en interconnectant les systèmes informatiques douanières du Togo et du Burkina au cours du premier semestre 2018. Le lancement de cette connexion est prévu pour le 28 mai 2018 à Ouagadougou.

En la question de savoir si les grèves à répétitions des agents des finances ne consisteront pas une entrave à l’atteinte des objectifs fixés, le DG des douanes répond non en ce sens qu’il y’aura pas de perte de recette mais seulement un retard de recouvrement. Il laisse entendre, avant de clore ses propos, que les objectifs seront atteints au fur et à mesures que les semaines s’écoulerons et que tout espoir est permis.

Justin Ouattara/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE