MESSAGE DU MINITRE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE A L’OCCASION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L’ENVIRONNEMENT le 05 juin 2018

0
162
Mesdames et messieurs,
Le 05 juin de chaque année est consacré à la commémoration de la Journée Mondiale de l’Environnement (JME). Cette journée a été instituée par le Programme des Nation Unies pour l’Environnement (PNUE) en 1972. Elle  est devenue une occasion pour les pays du monde de s’informer sur l’état de l’environnement et de prendre des résolutions pour inverser la tendance de dégradation. Notre pays, le Burkina Faso ne déroge pas à la règle. La JME est une occasion pour le Ministère  de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique  d’approfondir les réflexions sur les solutions possibles aux préoccupations environnementales qui se posent.

Pour cette année 2018, la communauté internationale a choisi de réfléchir sur le thème « Lutte contre la pollution au plastique ». Ce thème est assez évocateur, au vue des impacts négatifs des déchets  plastiques sur l’environnement, l’économie et la santé humaine.

Mesdames et messieurs,

La problématique des déchets en général et celle des déchets plastiques en particulier s’observe à travers les quantités de déchets produits dans le temps. Même si ces quantités nous apparaissent impressionnantes, il faut garder en tête que les déchets ne sont pas générés seulement lors de la consommation, mais tout au long du processus de production de la marchandise, en commençant par l’exploitation de la matière première, le transport, la fabrication du produit et sa mise sur le marché.

En considérant cette réalité, on peut imaginer que les quantités de déchets plastiques  effectives sont beaucoup plus grandes que celles que nous gérons actuellement. La prévention des déchets  plastiques est une priorité, car le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit. La prévention, comprenant les différentes activités entraînant la réduction des déchets, devrait être la pierre angulaire de tout bon plan de gestion des matières résiduelles.

Mesdames et messieurs,

Notre pays a enregistré en 2010, une production de 6 000 000 de tonnes de déchets plastiques dont 500 000 tonnes ont été collectées entre 2104 et 2016 (MEDD-2010). Des efforts sont consentis pour la réduction des déchets plastiques mais il reste toujours beaucoup à faire. Cette réduction des déchets plastiques implique une modification des comportements des entreprises et de la population. La collecte, , la valorisation et le traitement des déchets plastiques impliquent qu’un tri soit réalisé à la source par chacun des producteurs. L’éducation à la prévention dans la production des déchets est l’un des éléments les plus importants dans un plan de gestion des déchets solides.

En effet, la population doit être sensibilisée et éduquée sur les conséquences néfastes des déchets plastiques. L’éducation et la sensibilisation doivent aboutir au changement de comportement. Il faut que nous adoptions des modes de consommation et de production durables.

Mesdames et Messieurs

Pour faire face au péril plastique, plusieurs actions sont menées par mon département. Sur le plan juridique il y a l’adoption de la  loi 017-2014 AN du 20 mai 2014 portant interdiction de l’importation, de la production, de la commercialisation et de la distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradable au Burkina Faso. Au terme de cette loi, un décret et deux arrêtés ont été pris :

  • décret n°2015- 798 /PRES- TRANSIPM/ MERHfixant contraventions et amendes administratives applicables en matière d’emballages et sachets plastiques
  • arrêté n°2015–036/MERH portant conditions d’utilisation, de récupération et d’élimination des emballages et sachets plastiques non biodégradables non interdits
  • arrêté n°2015–037/MERH/CAB portant procédure d’homologation des emballages et sachets plastiques biodégradables

Il y a aussi la mise en œuvre du projet de traitement et valorisation des déchets plastiques (PTVP). Son objectif  est  de réduire les impacts négatifs des déchets plastiques sur l’environnement par la  promotion des emplois verts décents. Cela se fera à travers  la construction d’un centre de traitement et de valorisation des déchets plastiques dans chacune des treize (13) régions du pays. Aussi la dotation des structures centrales et déconcentrées de cinq (05) appareils test de biodégradabilité des emballages et sachets plastiques, est un atout dans la conduite du contrôle de la loi 017.

Le combat contre la pollution au plastique ne saurai aboutir sans la mobilisation quotidienne de toutes les femmes et tous les hommes du Burkina Faso.  C’est pourquoi à l’ocassion de la journée mondiale de l’environnement 2018, j’invite à :

-utiliser des sacs en tissus pour les achats ;

-se doter de poubelles ;

-dire non au plastique jetable ;

-organiser des opérations de salubrité ;

Vive la journée mondiale de l’environnement !!!!!!!!

Je vous remercie !!!!!!!!!

Le Ministre de l’Environnement, de

L’Economie Verte et du Changement Climatique

Batio BASSIERE

Officier de l’Ordre National

LAISSER UN COMMENTAIRE