CFOP : Mardis de l’Opposition burkinabè : le gouvernement actuel fait du populisme et cherche à noyer les choses. A peine appelé à la soupe par le MPP, Maitre Bénéwendé Sankara fait montre d’un zèle de nouveau converti selon l’Opposition

0
92
Ce mardi 12 juin 2018, le Chef de file de l’opposition burkinabè (CFOP) a organisé son hebdomadaire conférence de presse. La présente rencontre a été essentiellement ponctuée sur la déclaration du point de vue de l’oppositions, d’abord en ce qui concerne le forum national sur la rationalisation des salariés de la fonction publique, ensuite sur les sanctions prises par le Conseil de discipline des magistrats et enfin sur l’état toujours dégradant de la mairie de l’arrondissement 3 de Ouagadougou.

Selon l’opposition, la fronde sociale et le forum national sur la remise à plat du système de rémunération des agents de l’Etat, constitue un manque de bonne volonté pour le parti majoritaire dans la gouvernance du Burkina Faso. En effet, pour Adama Séré, du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF), le manque de stratégies et de sens élevé de l’Etat, a conduit le MPP à mal gérer les mouvements sociaux, se contentant de déplacer le débat de fond, d’utiliser les arguments qui frisent avec l’ignominie, et de voir les mains invisibles derrière ce que l’on pourrait qualifier de mauvaise gestion de la crise sociale que notre pays connait.

Adama Séré, du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF)
Adama Séré, du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF)

A l’entendre, la situation de Ministère de l’économie des finances qui a mis au grand jour les raisons cachées d’une mauvaise gouvernance administrative et financière du Burkina Faso, en est l’exemple concret. « On assiste ainsi à un traitement au cas par cas et aux pactes secrets dans la gestion des problèmes des syndicats, et le format proposé dans la résolution de la crise pose déjà problèmes, car il s’agit avant tout d’une question entre l’Etat employeur et ses employés » a complété M. Séré. Aux dires d’Adama Séré, la ruse du gouvernement dans cette affaire est le « populisme » en ce qu’il invite des éléments extérieurs pour se fabriquer une majorité dans les débats. L’Opposition a déclaré que ladite conférence doit être une discussion directe entre l’Etat et les syndicats. Par conséquent, « le forum en cours semble mort-né car le niveau de révolte des syndicats est tel qu’il sera difficile de leur faire avaler cette couleuvre que le gouvernement et ses « amis » s’apprêtent à poser » a indiqué M Séré.

Les dernières évolutions de la crise de l’arrondissement 3 de Ouagadougou
Dans la déclaration de M. Séré, il a affirmé que la crise au sein de l’arrondissement 3 persiste et choque la sensibilité humaine. « Alors que Madame la maire, Rainatou Ouédraogo, était malade et sous perfusion, elle a dû interrompre ses soins pour venir célébrer des mariages à la Mairie » a crié celui-ci. M. Séré n’a hésité de rappeler que Armand Béouindé est celui qui attise la flamme dans ledit arrondissement, en déposant des plaintes contre tous les adjoints aux maires d’opposition qui sont venus appuyer Mme Ouédraogo dans la célébration des mariages. Aussi, M. Séré a déploré les propos tenu par Maître Sankara, vice-président de l’Assemblée nationale (AN) du Burkina Faso, qui a qualifié l’opposition de pleurnicharde et d’inculte par ce qu’elle ne connait pas les textes de l’AN.

Les sanctions prises par les conseils de discipline des magistrats
Dans un communiqué publié le 10 juin dernier, le Conseil de discipline des magistrats informait les burkinabè des conclusions des quatre sessions qu’il a tenues cette année. Il est ressorti que le Conseil a pris des décisions notamment, la mise hors de quinze (15) magistrats pour absence de faute disciplinaire, le blâme contre deux (2) magistrats, la mise à la retraite d’office contre deux magistrats et l’abaissement d’un échelon contre cinq (5) magistrats. L’opposition politique burkinabè a noté que de telles sanctions à l’encontre de magistrats ayant enfreint à l’éthique et à la déontologie du corps sont encourageantes, en ce qu’elles contribuent à restaurer la crédibilité du monde judiciaire. Par ailleurs M. Séré a lancé une invitation aux différents acteurs de la justice à travailler davantage à assainir le milieu judiciaire en se gardant de tout esprit clanique et partisan.

Stevie Reine Yameogo/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE