Championnat de 1re division saison 2017-2018 : bilan satisfaisant selon la ligue professionnelle de football

0
68
La ligue professionnelle de football a initié une conférence de presse ce jeudi 21 juin 2018 à Ouagadougou. Il était question, au cours de cette rencontre, de faire le bilan de la saison 2017-2018 de première division et d’annoncer le top départ de la saison 2018-2019.

Les participants à cette conférence de presse
Les participants à cette conférence de presse

« Le calendrier de la saison 2017-2018 de la première division de football a été très peu perturbé », déclare d’entré Ahmed Ouedraogo, Secrétaire général de la ligue professionnelle de football du Burkina lors d’un point de presse ce jeudi 21 juin 2018 à Ouagadougou.

Au total, 240 matchs ont été joués au cours de la saison qui vient de prendre fin. 413 buts marqués en 240 matchs soit une ration de 1,72 but par match. Selon SG de la ligue professionnelle de football, c’est l’un des championnats de première division les plus réussis sur le plan organisationnel si bien que le calendrier a été très peu perturbé. L’ASFB est l’équipe qui a eu aussi bien la meilleure attaque que la meilleure défense avec 38 inscrits et seulement 15 buts encaissés. La journée la plus prolifique en but est la 27e avec 22 réalisations.

Les 3 premiers du championnat cette année sont l’Association Sportive de Football de Bobo (ASFB), suivit du champion sortant, le Rail Club du Kadiogo (RCK) et le MAJESTIC FC. Les 3 derniers sont quant a eu, respectivement l’AS Police, Bobo sport et Santos FC.

Des problèmes infrastructurels subsistent cependant, a en croire M. Ouedraogo. En effet, le nombre insuffisant de stade amène les organisateurs a programmé certains matchs sur des terrains d’entrainement. « Cela bien sûr joué sur la qualité des rencontres », regrette-il. Avant de terminer, Ahmed Ouedraogo a indiqué que tout est mis en œuvre pour la saison 2018-2019 débute le 31 aout 2018.

De nombreux défis restent à relever d’après le Directeur Technique National (DTN), Ousmane Sawadogo. En effet, les petits plats sont mis dans les grands pour mettre définitivement en œuvre le statut des entraineurs de D1. Aussi, le problème infrastructurels est le maillon faible selon le Directeur Technique National, du sport national. « Cela dépasse nos moyens, c’est une question nationale », laisse-t-il entendre et d’ajouter « nous fondons l’espoir sur la politique du sport décliné dans le PNDES concernant la construction d’infrastructures sportives ».

Justino/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE