Sécurité : 35 nouveaux commandos pour veiller sur le PrésidentPendant 45 jours, l’Académie Georges-Namoano de Po, a reçu des hôtes de marque.

0
123
Les soldats du Groupement de sécurité et de protection républicaine (GSPR) y étaient en stage de formation commandos. La cérémonie de fin de formation est intervenue ce mardi 17 juillet 2018 à Po dans le Nahouri avec des remises d’attestations.

Le cercle restreint des commandos s’est agrandi. Le Groupement de sécurité et de protection républicaine (GSPR) a initié un stage de formation commando a Trente-cinq (35) de ses soldats. Ce mardi 17 juillet 2018, ils sont repartis de l’Académie Geoges-Namoano de Po, avec des attestations, après 45 jours de formation.
La section de commandos a fait preuve de bonnes dispositions physiques et morales et d’une volonté exemplaire à endurer les fatigues de tous genres liés au stage, foi du Capitaine Joachin Nana, Responsable de la formation. Le Capitaine Nana, soutient également qu’au cours du stage, les soldats ont pris corps avec des techniques spéciales. Parmi ces techniques, à l’en croire, il y a le combat commando, le combat de localité, le parcours d’audace, le franchissement et la destruction par explosif.

En plus de ces modules, « ils ont aussi acquis des aptitudes de combat de corps-à-corps, des techniques d’interventions opérationnelles rapprochées, des instructions sur tir aux armes lourdes et des techniques de base dans la lutte contre le terrorisme et la libération d’otages », se vente-t-il.

Leur aptitude physique et morales ont été reconnu à sa juste valeur par le commandant du GSPR, le lieutenant-colonel Boukary Baggna. « Nous sommes surpris de la qualité de ce qui nous a été présenté car nous connaissons les difficultés auxquelles les éléments ont dû faire face pour aboutir à un tel résultat » et d’ajouter : « de tels exercices méritent d’être perpétués afin de renforcer leurs capacités et de leur permettre de les restituer aux autres au moment opportun ».

Le commandant du GSPR a en outre invité la nouvelle équipe de commandos à utiliser les techniques acquises dans le cadre des missions qui leur seront confiées et « non pour toute autre chose ». Et au lieutenant Emmanuel Bazié, major de la promotion de rassurer : « Nous sommes devenus une famille et tout ce que nous avons acquis sera exploité dans le cadre de notre mission ». A l’entendre, il fallait aller au-delà du moral pour réussir car dès l’entame du stage, «on nous disait que nous allons effleurer la mort », a déclaré le major.

Justino/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE