Opération de retrait des enfants et des femmes en situation de rue: 4 sites déjà aménagés pour leur accueil

0
127
Remise de matériels aux chefs d’équipe volontaires
Le ministère de la femme, de la famille et de la solidarité nationale a organisé en cette journée du jeudi 9 août 2018 une double activité d’échange et de visite de sites d’accueil des cibles de ladite opération entrant dans le cadre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES). 
les vivres déjà disponibles
Les vivres déjà disponibles

Avec un budget global de moins de 450 millions, le ministère en charge de la femme a commencé à opérationnaliser son projet de retrait de personnes en situation de rue dont les plus ciblées sont les femmes, et les enfants.

Pour la ville de Ouagadougou, quatre sites ont été viabilisés et bien équipés pour recevoir lesdites personnes, notamment : Le centre d’accueil de Somgandé, l’auberge de solidarité de Cissin, le centre de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre de Baskuy, et l’auberge de solidarité de Nongrin-massom.

Madame la ministre : Nous avons besoin de l’appui de la population parce que nous savons bien que ce sont des opérations difficiles pour faire de ces personnes des citoyens productifs et qui participent au développement du Burkina Faso.
Madame la ministre : Nous avons besoin de l’appui de la population parce que nous savons bien que ce sont des opérations difficiles pour faire de ces personnes des citoyens productifs et qui participent au développement du Burkina Faso.

Pour madame la ministre, Marie Laurence/Ilboudo/Marshall, cette opération coûte très cher parce qu’il faut les nourrir, les éduquer et pouvoir les réinsérer. « Nous voulons aider les enfants et femmes en situation de rue à rejoindre leur milieu social et leur famille afin qu’ils soient plus épanouis, parce que la famille reste le socle le plus fort pour l’accompagne d’un individu », a-t-elle déclaré.
A entendre madame la ministre, ces centres sont prêts pour commencer l’opération de retrait, et compte tenu du nombre, il a été décidé de dissocier les garçons des jeunes filles et femmes.
Ainsi, dans ses explications, elle a indiqué que trois des sites ont été conçus pour accueillir uniquement les filles et femmes, et le dernier site, celui de Somgandé est réservé pour les garçons.
Selon la ministre, il faut retenir que les sites sont des sites de transites : Il s’agira d’accueillir les femmes et les enfants pendant 1 à 2 ou même 3 mois maximum et travailler à les insérer dans leur milieu social. « Si le milieu social représente un milieu hostile, avec le ministère de la justice, nous allons élaborer des jugements qui permettrons par aux enfants d’être sous notre tutelle et ils seront déployer dans d’autres sites comme Kaya, Ouahigouya où nous avons également des sites qui vont mettre les enfants en centres de formation 2 à 3 ans maximum », a-t-elle souligné.

 Intérieure chambre d’un des sites d’accueil
Intérieure chambre d’un des sites d’accueil

Environ 400 volontaires se sont mobilisés pour la réussite de l’opération, et la prise en charge dans les différents sites sont complètes (hébergement, alimentation, soins sociaux et médicaux …).
Les enfants de Ouagadougou seront l’objet de suivi familial et d’une inscription à l’ANPE ou chez les maitres-artisans, ou encore à l’école.

Des équipes d’intervention en milieu ouvert (EIMO) sont chargés du suivi de ces enfants. Il a été également spécifié qu’au sujet d’éventuels jeunes provenant d’autres pays et désirant rejoindre leur pays, il sera fait appel aux bons de services de l’Organisation internationale pour la migration et du Réseau Afrique de l’Ouest ou à toute autre voie indiquée.

Stevie Reine YAMEOGO/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.