Marche meeting du 29 septembre : « nous dénonçons les manœuvres entreprises par le MPP et ses alliés pour la saboter. », dixit Jacqueline Konaté  

0
146
Après les jeunes, c’est au tour des femmes de l’opposition de monter au créneau ce 20 septembre 2018, pour disent-elles, dénoncer les velléités de sabotage de la marche meeting de l’oppositionL’occasion faisant le larron, elles ont, dépeint la condition inacceptable de vie de la femme au Burkina Faso.


Les conditions de vie de la femme et de l’enfant se dégradent de jour en jour au Burkina selon les femmes de l’opposition burkinabè. Elles l’ont fait savoir ce jeudi 20 septembre 2018 à travers une conférence de presse

Les femmes de l’opposition politique
Les femmes de l’opposition ne sont pas passées par le dos de la cuillère pour dépeindre en noir, le tableau de la condition de vie de la femme et de l’enfant.
Pour Jacqueline Konaté, Présidente de l’Union Nationale des Femmes de l’Union pour le Progrès et Changement (UNF/UPC), les promesses de campagne de Roch Marc Christian Kaboré de doter chaque commune d’ambulances, de transformer tous les centres hospitaliers régionaux en centres hospitaliers universitaires et d’améliorer le plateau technique de ces hôpitaux ne sont que des leurres. « Le calvaire de la femme s’étend également à l’accès à l’eau potable », déplore-t-elle. Encore une autre promesse non tenue par le Président du Faso qui avait clamé garantir zéro corvée d’eau d’après les femmes.
Les débats contradictoires au sommet de l’Etat sur la légalisation de l’avortement s’est invité aux échanges« Nous demandons au Président du Faso, de trancher définitivement sur la question », darde Mme Konaté et d’ajouter : « En ce qui nous concerne, nous nous opposons vigoureusement à ce projet ». 
Avant de clore le volet relatif à la condition de la femme, elles ont tenu à rendre hommage à Rainatou Ouédraogo, maire de l’Arrondissement 3 de la capitale qui d’après elles, fait l’objet de déstabilisation dans son Arrondissement depuis bientôt 3 ans. « Rainatou est attaquée par le pouvoir parce qu’elle est femme, parce qu’elle est jeune et parce qu’elle est opposante », martèle la présidente de UNF/UPC  « Le Burkina demeure dans une insécurité grandissante, une économie en panne un chômage rétroactif des jeunes, le retour en grande enjambées de la corruption, etc. », énumère Mme Adeline Ouédraogo, Responsable national des femmes du Congres pour la démocratie et le Progrès (CDP), concernant la situation politique du pays. 
A l’en croire, le Président et son gouvernement semblent avoir trouvé goût pour les voyages et les lustres de l’extérieur ou ils s’y plaisent au compte du contribuable. « Le Burkina Faso est devenu un pays en plein désillusion », s’offusque-t-elle et d’ajouter : « les femmes sont déçues de la gouvernance qui leur est servie après les sacrifices qu’elles ont consentis au cours de l’insurrection populaire ».
Les journalistes

C’est pourquoi, laisse entendre Mme Ouédraogo, les femmes de l’opposition accueillent favorablement l’idée de la marche meeting des forces vives de la Nation le 29 septembre. A ce propos, elles saluent l’initiative de souscrire pour soutenir les FDS, leurs veuves et orphelins. « Nous appelons toutes les femmes à sortir et à contribuer pour cet effort patriotique », scande-t-elle. 

Cependant, elles tiennent à dénoncer la mauvaise foi de la majorité présidentielle qui ont, d’après elles, des velléités de sabotage de la marche. « A l’endroit de Simon Compaoré, l’homme des sales besognes du MPP, nous vous tenons à l’œil, dans votre tentative de recrutement de loubards pour saboter la marche », prévient Mme Ouédraogo. La responsable nationale des femmes du CDP affirme que le chien ne change pas sa manière de s’assoir. « C’est lui qui le faisait quand il était au CPD, c’est lui qui est encore là-dedans, conclut-elle.

Justin Ouattara/www.fasoamazone.net 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.