Affaire François Compaoré : la justice burkinabè retient son souffle

0
313

La demande d’extradition formulée par le Burkina Faso à l’encontre de François Compaoré sera-t-elle acceptée ? En tout cas, c’est ce 3 octobre que la Chambre d’Instruction de la Cour d’Appel de Paris doit se prononcer. Le frère de l’ancien président burkinabè, a été en effet arrêté à Paris suite à un mandat d’arrêt émis par le Burkina Faso.

La décision d’extradition était attendue le 13 juin dernier. Mais la Chambre d’Instruction de la Cour d’Appel de Paris, pour le faire, avait demandée à la justice burkinabè, avant d’accepter la requête, des « preuves matériels » qui démontreraient sans nul doute, l’implication de François Compaoré, frère cadet de l’ancien chef d’Etat, Blaise Compaoré, dans l’assassinat du journaliste d’investigation et de ses compagnons de route.

En rappel, François Compaoré a été arrêté dans un aéroport à Paris le 29 octobre 2017. Ceci répondait à un mandat d’arrêt international largué par la justice burkinabè. Il a, par la suite, été placé sous contrôle judiciaire. « L’ex-petit président » est poursuivi pour incitation à assassinat dans l’affaire du journaliste Norbert Zongo tué le 13 décembre 1998, alors que celui-ci enquêtait sur la mort de son chauffeur.

 Justin Ouattara/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.