Affaire Safiatou Lopez : relativisons les informations

0
315

Dame Safiatou Lopez a été arrêté le 29 aout dernier dans des conditions digne d’un film de western, pour parler comme Issiaka Coulibaly, consultant politique. D’après Le Dossier, journal d’informations générales et d’enquêtes, dans sa parution d’octobre, Mamadou Drabo et Safiatou Lopez ont été piégé.

Arrêté et déposé à la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou (MACO), Safiatou Lopez est accusé par le juge militaire, de tentative de déstabilisation du régime de Roch Marc Christian Kaboré. Deux autres personnes à savoir le Sergent Abdou Sanou et un entrepreneur BTP Mamadou Drabo. Le civil serait d’après les enquêteurs, celui qui était chargé de recruter les éléments de l’ex-RSP pour la sale besogne, c’est-à-dire libérer les détenus de la Maison d’Arrêt et de Correction des Armées (MACA).

Il ressort cependant, que M. Drabo a été piégé par deux militaires, Sansan Dah et Harouna Ramdé, tous du service de renseignement dans cette affaire. D’autres sources affirment également que Safiatou Lopez n’y est pour rien. Les soldats du renseignement auraient menacés Mamadou Drabo et exiger de l’argent. Après les appels improductifs de ces amis pour leur en demander, il aurait donc tenté de rentrer en contact avec dame Lopez pour qu’elle le tire d’affaire.

Voici le pain béni pour le service de renseignement qui brandiront des éléments à charge contre la leader de la société civile. Un certain Hamidou Lankoandé, parfait inconnu de Safiatou Lopez, serait dans le coup. L’instruction n’est qu’a ses débuts, par conséquent, toutes les informations doivent être relativisées. Elle a pour le moment été entendu par le juge Kader Martial Ouattara du tribunal militaire. Elle aurait nié toutes les accusations en bloc. Ses avocats ont introduit, le 12 septembre dernier, une requête de mise en liberté provisoire. Elle a purement et simplement été rejetée 48 heures plutard par le magistrat de l’instruction.

En rappel, Safiatou Lopez a été arrêté par l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (USIGN) le 29 aout 2018 à son domicile. Elle est accusée avec les deux autres cités plus haut, à savoir Mamadou Drabo et le Sergent Abdou Sanou, de « complot » et « incitation » à la commission d’actes contraire au devoir et à la discipline militaire.

 

Justin Ouattara/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.