Nobel de la paix 2018 : Denis Mukwege et Yazidie Nadia Murad distingués

0
306

Le prix Nobel de la paix a été attribué ce vendredi 5 octobre 2018 au gynécologue Congolais Denis Mukwege et à la militante Yazidie Nadia Murad « en raison de leurs efforts à mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en comme arme de guerre ».

Ils étaient environ 331 individus et organisations a être proposés pour la prestigieuse récompense décernée chaque année à Oslo. Ce vendredi 5 octobre 2018, le Dr Denis Mukwege et la militante Yazidie Murad ont été annoncés comme lauréats du prix après avoir été désignés par les cinq membres du comité norvégien.

« Denis Mukwege et Nadia Murad ont tous les deux risqué personnellement leur vie en luttant courageusement contre les crimes de guerre et en demandant justice pour les victimes », a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen. Le premier avait déjà été pressenti par le passé pour obtenir la récompense. Dr Denis Mukwege, 63 ans, est un gynécologue qui soigne les victimes de violences sexuelles en République Démocratique Du Congo. Expert reconnu au niveau mondial de la réparation des dommages physiques causés par le viol et les violences sexuelles, il milite pour faire reconnaître le viol comme une arme de guerre. Pour son combat, il devient une cible et échappe à une tentative d’attentat qui le force un temps à l’exil en Europe avant de revenir reprendre son travail avec les victimes de ce qu’il considère comme « une guerre sur le corps des femmes ». En 2014, l’Union européenne lui avait remis le prix Sakharov, récompense honorant les personnes ou organisations qui ont consacré leur vie à la défense des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Nadia Murad, elle, fut une esclave sexuelle de Daech. En 2014, l’organisation Etat islamique prend le contrôle d’une partie du territoire irakien et cible particulièrement la communauté yézidie, jugée hérétique. Les jihadistes tuent les hommes et kidnappent des milliers de femmes pour en faire des esclaves sexuelles. Certaines, comme Nadia Murad, sont arrivées à sortir de l’horreur. Mais la reconstruction de ces femmes est extrêmement difficile car elles sont souvent considérées comme salies aux yeux de leur communauté. Mme Murad est aujourd’hui ambassadrice de l’ONU pour la dignité des victimes du trafic d’êtres humains. Pour son combat, elle avait reçu le prix Sakharov en 2016. Les Nations unies ont tout de suite salué une annonce « fantastique », qui « aidera à faire avancer le combat contre les violences sexuelles comme arme de guerre dans les conflits ».

Source : Le Figaro, RFI

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.