3e session ordinaire de ANLF : la problématique de la fraude des cycles et cyclomoteurs en question

0
226
L’Autorité Nationale de Lutte contre la Fraude (ANLF), tient ce mardi 9 octobre 2018 sa troisième session ordinaire de l’année 2018 de la Commission de Lutte contre la Fraude (CNLF). Il s’agit d’organiser et d’animer les réflexions sur la fraude au Burkina. Cette session se penchera particulièrement sur la problématique de la fraude des cycles et cyclomoteurs.
Les participants a cette rencontre

Un contournement systématique du cordon douanier des importateurs de cycles et de cyclomoteurs est observé depuis des décennies. Toute chose qui n’est pas sans conséquence sur l’économie nationale et la sécurité du pays. C’est fort de ce constant que l’Autorité de Lutte contre la Fraude (ANLF), tient ce mardi 9 octobre 2018, une session ordinaire pour trouver des moyens de stopper ce phénomène.

Le Coordinateur par intérim de l’ANLF, Issiaka Tapsoba

Le contournement du cordon douanier, qualifié de fraude, se traduit par des pertes sèches sur le budget de l’Etat dans la mesure où les droits et taxes de douane ne sont pas payés. Pour le Président de la CNLF, par ailleurs Coordinateur par intérim de l’ANLF, Issiaka Tapsoba, le Burkina Faso tire l’essentiel de ses ressources financières, des contributions de ses citoyens à travers les droits et taxes douaniers parce qu’il est enclavé. Par ce contournement du cordon douanier par certains importateurs de cycles et cyclomoteurs, poursuit-il, les taxes afférentes à l’importation desdits produits sont éludées. « Ce qui constitue un véritable manque à gagner pour l’Etat et limite ses capacités à financer les projets de développement », s’offusque M. Tapsoba.

En plus de cela, il y a à craindre l’introduction d’armes sur le territoire national par les fraudeurs qui introduisent les motos souvent chargées de diverses marchandises dont la nature n’est pas toujours connue, par voie de contrebande, s’inquiété le président de la CNLF.

Pour mettre un terme à cela, il s’agira, pour la présente session, de rappeler les textes sur l’importation des cycles et cyclomoteurs, de sensibiliser les importateurs et leurs proposer des solutions pour un meilleur respect de la réglementation en matière d’importation de ces produits. Par la suite, les populations seront sensibilisées sur les méfaits de la fraude en générale et de celles des cycles et cyclomoteurs en particulier.

En rappel, la CNLF rassemble les administrateurs intervenant dans le domaine du contrôle ainsi que les industriels et importateurs de cycles et cyclomoteurs.

Justin Ouattara/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.