Emissions interactives: Dénouement et perspectives

0
116
Le ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement a organisé, le vendredi 12 octobre 2018 à Ouagadougou, une conférence publique sous le thème : « Contribution des émissions interactives à la promotion de la bonne gouvernance au Burkina Faso ».
Les participants(es) a cette conférence publique

Dans la perspective de contribuer à l’amélioration du contenu des productions interactives, le ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement a organisé, le vendredi 12 octobre 2018 à Ouagadougou, une conférence publique sous le thème : « Contribution des émissions interactives à la promotion de la bonne gouvernance au Burkina Faso ».

Pour le patron du département en charge de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou, les Emissions interactives (EI) jouent un rôle essentiel dans le renforcement de la Bonne gouvernance (BG), de la démocratie et de la cohésion sociale. « Les citoyens, à travers leur intervention, contribuent à attirer l’attention, à interpeller les gouvernants et les pouvoirs publics sur certains dysfonctionnements de l’appareil d’Etat ou dans l’offre de services aux populations », a-t-il ajouté.

Toutefois, il a déploré certains manquements à l’éthique et à la déontologie qui ont, souvent, suscité des rappels à l’ordre, des auditions, voire même des suspensions de certains medias par le Conseil supérieur de la communication (CSC).

C’est pourquoi, M. Dandjinou a exhorté les animateurs des médias audio-visuels à une participation soutenue, afin d’améliorer le contenu de leurs productions pour l’intérêt supérieur de la nation. Que faut-il entendre par EI et BG ?

Quel est l’apport de ces émissions en matière de gouvernance? La conduite de ces émissions garantit-elle la protection des droits des citoyens ? Qui est responsable en cas de manquement?

Telles ont été les questions auxquelles le conférencier, Jean- Paul Toé a apporté des réponses. Ainsi, selon les dispositions de la décision n°2003-001/CSI du 24 juin 2003, l’EI est une émission diffusée en direct sur un thème précis, sur les médias audio-visuels publics et privés et pendant laquelle les intervenants expriment leurs opinions. A titre d’exemple, il a cité, entre autres, les émissions « confidence » de Horizon FM et « Affairage » de Ouaga FM. Selon M. Toé, la BG est une approche participative basée sur l’intégrité, la transparence, la responsabilisation et la reddition des comptes.

En ce qui concerne leur apport, en matière de gouvernance, Jean-Paul Toé a souligné que ces EI remplissent plusieurs fonctions, notamment l’information, le témoignage, le conseil, la médiation et le changement de comportement des citoyens. « Les EI permettent aux gouvernants et aux gouvernés d’accéder aux informations liées à la vie de la cité et de s’exprimer de manière libre », a souligné le conférencier.

Dans le domaine de la résolution des problèmes de politiques publiques, M. Toé a indiqué que ces émissions ont permis et permettent de régler plusieurs problèmes liés, entre autres, à la gestion des ressources publiques (corruption et détournements), à la politique du gouvernement, à la voirie.

Sur la question des droits des citoyens, il a confié que les EI, du fait de leur caractère interactif et direct, ne garantissent pas toujours le respect des droits des citoyens, en ce sens que la liberté n’est pas absolue. « L’on constate parfois des abus à la liberté d’expression au cours de certaines EI, à travers des propos injurieux, des allégations de nature diffamante, des informations erronées et des atteintes à la vie privée », a-t-il regretté.

Eu égard à l’utilité des EI et les risques y relatifs, le conférencier Jean-Paul Toé a formulé des suggestions dans le but d’améliorer le contenu des productions.

Il s’agit, entre autres, de la formation des animateurs, le renforcement de l’équipe d’animation, la sensibilisation des auditeurs, l’acquisition d’équipements performants. « Les EI Nonobstant ces manquements, contribuent grandement à la promotion de la bonne gouvernance et à l’amélioration du comportement des citoyens Burkinabè à travers les dénonciations », a conclu le conférencier Toé

Ben Mahomed BENAO

www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.