Bobo Dioulasso/Cadre de Concertation et d’orientation pour le dialogue État/Secteur privé

0
69
« Secteur privé et défis de transformation industrielle et artisanale …. », C’est ce. thème qui a réuni ce matin samedi 3 Novembre 2018, à la chambre de commerce et d’industrie de Bobo Dioulasso, l’État et le secteur privé, dont l’objectif de passer en revue tous les problèmes qui assaillent ce secteur, et cela en prélude à la rencontre entre le  gouvernement et le secteur privé d’ici la fin du mois de novembre à Bobo Dioulasso.
Les partipants

Présidée par le président de la délégation de la chambre de commerce et d’industrie de

Laciné Diawara, président de la délégation régionale Bobo Dioulasso

Bobo Dioulasso M. Laciné Diawara en compagnie de son Vice-président Alhassane Sienou, en outre on notait la présence du Gouverneur de la région Antoine Atiou qui était modérateur , le Directeur régional du Commerce M.Rouamba, le représentant des
services des Douanes, des Impôts, de la Commande publique, des infrastructures, de transports, de la Sonabel-ainsi qu’une forte mobilisation des représentants des PME et PMI de la région de Bobo Dioulasso.

En effet, pendant sept heures d’horloge, les acteurs du secteur privé, de la région, ont posé des doléances à l’État, dans le cadre de la redynamisation et de la relance effective du tissu industriel de Bobo Dioulasso. Jadis considéré comme le poumon de l’économie du Burkina Faso.

Mais, aujourd’hui, toutes les industries meurent à cause selon certains industriels de taux d’imposition très élevé des banques, des taxes, de la TVA à l’importation comme à l’exportation, le coût de l’électricité, de transports, l’aménagement des marchés, de zones industrielles….

Ainsi, après cette 1ère concertation régionale entre l’État et secteur privé, un certain nombre de recommandations ont été formulées allant dans le sens d’un partenariat franc et pérenne pour mieux relancer ce secteur qui peine à décoller.

Le gouverneur de la région des Hauts Bassins. M. Antoine Appiou

Il s’agit premièrement : Assurer le transfère effectif des pouvoirs de décision au niveau
local dans le cadre du processus de décentralisation et de déconcentration des services de l’État notamment, l’’établissement des passeports, l’attribution des marchés publiques, l’application de la préférence locale, la délivrance des documents administratifs comme
les agréments techniques, les autorisations d’importation, les exonérations fiscales et douanières, les admissions spéciales ou temporaires…

Secondo : Veiller à la suppression de la TVA sur l’achat des matières premières locales et importées entrant dans le cadre de transformation des produits locaux dont la vente n’est pas soumise à TVA et annule les acomptes IS sur le résultat de l’exercice N-1, des entreprises agricoles et envisager sa suppression pour encourager l’entrepreneuriat des jeunes.

Ensuite aménager les espaces économiques dans les régions notamment les infrastructures marchandes, les zones économiques spéciales, les zones industrielles, par exemple l’agropole de Samandeni , afin d’attirer les investisseurs et enfin,organiser les marchés intérieurs en interdisant les achats bord champ tout en facilitant l’accès de matières premières aux entreprises de transformation et promouvoir la commercialisation des produits locaux transformés comme l’huile, les noix de cajou, les pneumatiques.

A la sortie de cette concertation entre l’Etat et le secteur privé, notre reporter s’est entretenu avec M. Alhassane Sienou le vice président de la chambre de commerce et d’industrie de Bobo Dioulasso:

M.le vice président président vous venez de sortir de la 1ère concertation régionale entre l’État et le Secteur privé: Est -ce que vous pouvez nous faire un débriefing ?
Alors,je peux dire que , c’était comme un exercice, la rencontre a été très fructueuse, ça permis à tous les acteurs économiques de la région de poser les problèmes, qui ont été reportés comme report acte.Tous les point essentiels, et il y en avait plus. C’est pour dire que l’option pris par les rencontres là, sont à féliciter et encourager..c’est pour poser tous les problèmes.

Pour ne pas que ça soit les rencontres classiques entre le secteur et le gouvernement et qu’on a l’habitude de voir et qu’on sorte souvent toujours sans décisions et résolutions Je pense que cette fois-ci, toutes les résolutions ont été reportées en avant et seront traitées. Nous profitons de cette occasion pour féliciter le ministre en charge du commerce et l’ensemble du gouvernement pour cette initiative.

Le thème aussi,se rapproche les opérateurs économiques et les transformateurs de la région. Notamment, le secteur agricole regorge beaucoup de potentiels, qui ne sont pas transformés et non écoulé sur le marché.

En tout cas, nous avons le sentiment que c’était. L’ exercice bien réussi.

Merci
Propos recueillis par Amara Sylla pour www.Fasoamazone.Net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.