Lutte contre le tabac au Burkina : ONG ACONTA exige l’annulation de l’arrêté portant mise en œuvre du CODENTIFY

0
83

L’Organisation Non Gouvernemental Afrique Contre le Tabac (ONG ACONTA) a réuni les Hommes de médias ce jeudi 8 novembre 2018, à Ouagadougou. Il était question d’invoquer avec eux, de la situation sur la mise en œuvre des messages sanitaires graphiques sur les paquets de cigarettes. La contribution d’ACONTA au respect de l’interdiction de fumer dans les lieux publics du Burkina Faso et de la reproche faite au Burkina pour avoir adopté et mis en œuvre précipitamment un système de suivi et de traçabilité des produits du tabac ont été aussi évoqué.

Les journalistes qui ont assisté à la conférence

L’Organisation Non Gouvernementale Afrique Contre le Tabac (ONG ACONTA), fait depuis plusieurs années, la lutte contre le tabac au Burkina Faso, son cheval de bataille. Ce jeudi 8 novembre 2018, elle a initié une conférence de presse pour dit-elle, revenir sur la mise en œuvre des messages sanitaires sur les paquets de cigarettes et la contribution d’ACONTA au respect de l’interdiction de fumer dans les lieux publics.

Selon le Coordonnateur de l’ONG ACONTA, Salif Nikièma, dans le but de protéger la santé des générations présentes et futures contre les dangers liés à la consommation du tabac, une loi antitabac a été votée en 2010. Dans cette loi, des images rappelant les conséquences sanitaires du tabagisme sur les paquets et autres emballages des produits du tabac, sont mises en avant, laisse entendre le Coordinateur. « Mais contre toute attente, l’industrie du tabac au Burkina s’est opposée à cette mesure faisant du Burkina la risée du monde », s’offusque-t-il. En effet, dans le monde entier, il n’y a que le Burkina Faso et le Cambodge qui ont refusé cette circonspection.

Cependant, grâce aux plaidoyers et à l’implication de certains champions de lutte contre le cancer, des leaders religieux et coutumiers et surtout la volonté politique du ministre en charge du Commerce, un nouveau délai de rigueur a été fixé pour le 1re janvier 2019.

Salif Nikièma, Coordonnateur ONG ACONTA

Un autre fait, c’est qu’il est reproché au Burkina, d’avoir adopté et mis en œuvre de façon lapidaire, le système de suivi et de traçabilité des produits du tabac basé le CODENFY en violation du protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac. C’est ainsi que son annulation a été recommandé par le comité multisectoriel et les OSC notamment ACONTA. « Ce n’est toujours pas une réalité et notre pays ne devrait pas rester en marge de la communauté internationale en matière de lutte commerce illicite des produits du tabac », conclu le Coordonnateur de l’ONG ACONTA.

Pour ce qui est du décret 10-52 concernant l’interdiction de fumer dans les lieux publics, clos et dans les transports en commun, le décret connait un début d’application depuis la célébration de la journée mondiale sans tabac en 2018.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.