Salon de l’élevage du Burkina : « notre projet est innovateur et osé », dixit Mohamed Lamine Sy

0
107

Afrik Bovia est une entreprise spécialisée dans l’insémination artificielle et la production bovine basée à Bobo dioulasso depuis 2011. Elle est présente à la première édition du Salon de l’Elevage du Burkina (SABEL) pour mieux se faire connaitre et montrer aux yeux de tous, que si d’autres pays l’ont réussi, pourquoi pas le Burkina. Faso Amazone.net est allé à sa rencontre ce mercredi 28 novembre 2018, pour mieux comprendre ses activités.

Mohamed Lamine Sy, Directeur général d’Afrik Bovia

L’insémination artificielle et la production bovine, voici le domaine dans lequel évolu Afrik Bovia. Un projet audacieux et premier du genre au Burkina Faso, Mohamed Lamine Sy l’a réussi. Il est l’initiateur et le Directeur d’Afrik Bovia. L’entreprise évolue dans la commercialisation de génisses gestantes exportées depuis la France grâce à ses compétences techniques. En plus de cela, M. Sy soutient que l’entreprise fait de la synchronisation des femelles à inséminer, le transfert d’embryons et la collecte de taureaux de races locale. « Nous donnons également des conseils en management des troupeaux, de l’alimentation et dans le sanitaire », a-t-il laissé entendre. L’entreprise dispose d’une logistique spécialisée en transport de bétail muni d’un abreuvoir et d’une mangeoire. A en croire le Directeur d’Afrik Bovia, ce système permet de maîtriser tout le processus pour garantir une livraison de qualité. Aussi, elle est conçue et adaptée au transport de génisses gestantes. « Le temps mis du transport de Besançon (France) au Burkina est de 12 jours », a-t-il poursuivi et d’ajouter : « notre principale race est la Montbéliarde qui est une race mixte par excellence qui produit du lait riche en protéine ». La particularité de cette vache, nous confie M. Sy, est qu’elle résiste très bien aux infections mammaires et est très fertile. Enfin, elle produit des veaux avec une bonne valeur bouchère. « Nous participons au Salon de l’élevage pour d’abord montrer à tous que cela est faisable pour peu qu’on y mette un peu de professionnalisme », indique le Directeur d’Afrik Bovia. « Après 24 h de l’ouverture, il y a de l’espoir, les gens commence à croire au projet en voyant un exemple concret sous les yeux », se réjouit-il.  M. Sy confie que pour l’aboutissement du projet, il a eu l’accompagnement d’Ecobank pour l’exportation des génisses de la France, jusqu’au Burkina. Il a terminé ses propos non sans lancer un appel aux éleveurs. « Il faut qu’ils croient d’abord à leur projet en s’inspirant de notre modèle pour arriver à diminuer l’importation des produits laitier au Burkina », a dardé M. Sy. A l’endroit de l’Etat, il souhaite que les éleveurs soient accompagné en commençant peut être par l’assurance des animaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.