26e édition du FESPACO : forte représentativité des cinéastes burkinabè aux compétitions officielles

0
208

Le Délégué général du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO), a tenu une conférence de presse ce vendredi 25 janvier 2019 à Ouagadougou, après celle de Bruxelles. Il a été question pour Ardiouma Soma et ses collaborateurs de présenté les films retenus aux compétitions officielles pour le cinquantenaire de la biennale du cinéma panafricain. Le moindre que l’on puisse dire, c’est que les cinéastes burkinabè sont bien représentés.

« Desrances », d’Apolline Compaoré ; « Duga », d’Abdoulaye Dao et Hervé Eric Lengani ; « Hakilitan », d’Issiaka Konaté, sont les réalisateurs burkinabè en course pour « l’Etalon de yennaga », à la 26e édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO). L’information a été donnée ce vendredi 25 janvier 2019 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

En plus de cette catégorie long métrage, Eléonore Yaméogo « Cimetière des éléphants », Aicha Baro « Il pleut sur Ouaga », Michel K. Zongo « Pas d’or pour Kalsaka », sont en compétition dans la catégorie documentaire long métrage. Pour ce qui est de la catégorie documentaire court métrage, Raymond Tiendré, Barthelemy Bazié et Isidore Marie Alphonse Kaboré sont parmi les impétrants représentant le Burkina avec successivement « L’Appel du sang », « La Terre qui m’a vu naitre » et le « Borgho ». En fixions court métrage, nous retrouvons Inoussa Badian avec « Fragile espoir »,  Fabien Dao « Il pleut sur Ouaga », Zalissa Zoungrana « Naabiiga » et Modeste Gnagané avec « Rêve brisé ». Pour la compétition en série télévisuelle nous retrouvons encore 4 burkinabè sélectionnés. Ce sont : « Femmes au foyer » de Kadi Traoré, « L’ami fidèle » d’Ibrahim Hébié, « La team des belles rebelles » de Boubacar Diallo et le « Trône » de Tahirou Tasseré Ouédraogo. Ahmed Assane Zeda «L’aube des crépuscules », Isabelle Kouraogo « La Poupée », Ismaël Césaire Kafando « Maison de retraite », sont logés dans la catégorie films des écoles africaines de cinéma. Enfin, pour ce qui est des films d’animations, le Burkina est représenté par Claver Yameogo avec « Falta » et André Daniel Tapsoba « Tiraogo ». En somme, 6 femmes sur 22 retenues dans les compétions officielles. Un record jamais atteint par les femmes.

Cette forte représentativité des films burkinabè à la 26e édition du cinéma panafricain, témoigne de la qualité des œuvres présentées par ceux-ci, a souligné le Délégué général du FESPACO, Ardiouma Soma. « Je remercie le comité de sélection des films. Ils ont abattu un grand et bon boulot », laisse-t-il entendre et d’ajouter que sur près de 1000 films reçus, les films burkinabè représentent le quart. « Cette édition est le cinquantenaire du FESPACO, cela a suscité beaucoup d’engouement. Chacun veut marquer d’une pierre blanche cette édition », a expliqué M. Soma. Pour ce qui est des célébrités attendu, sans trop vouloir enter dans les détails, Georgette Paré a indiqué qu’elle donnera plus de précisions les jours à venir car il y a encore des confirmations à faire. Qu’à cela ne tienne, elle assure qu’avec Sidiki Ba Kaba, invité d’honneur de toutes les célébrités, elle travaille à les réunir  toutes au Burkina.

Yacouba Traoré, président du comité d’organisation, a, au nom du ministre en charge de la Culture, réitéré sa reconnaissance à tout le monde (Hommes de culture, médias). A l’en croire, cette édition sera extraordinaire d’autant plus qu’elle marque le cinquantenaire du FESPACO et de terminer par ces mots : « Vive le cinéma africain, vive le FESPACO ». En rappel, la 26e édition du FESPACO se tiendra du 23 février au 3 mars 2019 sous le thème : « Confronter notre mémoire à forger l’avenir d’un cinéma panafricain dans son essence, son économie et sa diversité ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.