Politique : l’UPC présente ses vœux à ses militants tout en lançant des pics

0
158

L’Union pour le Changement et le Progrès (UPC), a initié ce mardi 12 février 2019, à son siège, une cérémonie de présentation de vœux. Une cérémonie qui s’est déroulée de manière sobre et symbolique à cause du contexte particulier dans lequel se trouve le Burkina. Le bilan des activités de 2018 du parti a été dressé, l’échec du MPP et ses alliés  a été aussi évoqué.

L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), a sacrifié à sa tradition ce mardi 12 février 2019, à son siège, en initiant sa traditionnelle présentation de vœux. Elle se tient dans un contexte particulier certes, selon les organiseurs, ils devaient impérativement le faire.

Des vœux de santé et de longévité  ont été proclamés à l’endroit du « grand lion », Zéphirin Diabré par Jean Leonard Bouda, Secrétaire en charge de la jeunesse. « Nous souhaitons que l’année prochaine nous vous souhaitons ses même vœux a Kosyam », a-t-il lancé. Quant à Rabi Yameogo, Secrétaire général de l’UPC, le contexte particulier dans lequel se tient cette présente cérémonie, l’a considérablement infectée. « C’est pourquoi d’ailleurs elle sera sobre et symbolique », a-t-il souligné. 2018, d’après le SG, a été une année de croissance du parti du « lion ». « L’implantation nationale et internationale des différentes structures du parti, la participation du parti, à la vie politique du Burkina, les conférences de presses, le sommet des sommets fut la tenue du congrès du parti », a énuméré M. Yaméogo. Pour lui, l’UPC a démontré encore une fois sa puissance.

Le président de l’UPC Zéphirin Diabré, a salué la finesse et la qualité des vœux formulés à son endroit. A son tour, il a souhaité une très bonne année 2019 à tous. « Au Burkina Faso, je souhaite une année de sécurité, d’intégrité territoriale », a-t-il espéré. M. Diabré est lui aussi revenu sur le contexte particulier dans lequel se tiennent ces présentations de vœux. Il a d’ailleurs mis à bien l’occasion, pour rendre un vibrant hommage au FDS tombés au front et à leurs familles. Cependant, il laisse entendre cas même cette chose, « le problème ce n’est pas nos soldats, mais plutôt ceux qui les dirigent ». Pour « Zeph », la solution n’est pas de limoger des incompétents, mais plutôt de ne pas les nommer. Ceci, pour faire allusion aux limogeages du ministre en charge de la sécurité et celui de la Défense. S’il est vrai que le terrorisme est un phénomène sous régionale, selon l’analyse de M. Diabré, pourquoi c’est le Burkina Faso qui est subitement devenu le ventre mou de cette guerre ? il répond que le problème se trouve dans la manière que le MPP gère cette affaire. Il soutient également, malheureusement d’ailleurs, que 2019 ne s’annonce, elle aussi pas, sur de bonnes auspices. Alors la solution à tous ces maux, à en croire le leader du parti du « lion », c’est un  changement de régime. « Ce n’est pas seulement qu’il ait échoué dans la gestion du terrorisme au Burkina, ou contre la corruption ou encore contre la pauvreté, son autre échec fondamental, c’est que, sous leur règne, notre vie sociale est devenue violente », a-t-il indiqué. Le chef de file de l’opposition est par exemple revenu sur le drame de Yirgou. « A Yirgou, il y a des assassins inconnus mais il y a des assassins connus. Ils doivent donc être interpellés et traduis à la justice », a-t-il dardé. Il a terminé ses propos, en lançant un appel, « c’est notre tour, essayez nous parce que nos solutions n’ont pas encore été testées et nos Hommes n’ont pas encore servis ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.