Journée internationale de la femme :  L’autre moitié du ciel honorée à Koupela

0
151
Les femmes étaient à l’honneur ce vendredi 8 Mars 2019,  à  l’occasion de la commémoration de la 162ème journée internationale de leur droit. Au Burkina Faso, c’est Koupela, la deuxième ville de la région du centre-est qui a abrité la célébration officielle autour du thème : « contribution des femmes à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité, de paix et de cohésion sociale ». Les femmes ont à nouveau plaidé pour plus d’autonomisation. C’était en présence de l’épouse du Chef de l’Etat, Sika Kaboré.

C’est dans la belle cité des « pierres blanches », Koupéla, que le Burkina Faso a célébré cette année la 162ème journée internationale de la femme. C’est une cérémonie sobre au regard du contexte sécuritaire actuel que traverse le pays.

En effet, depuis 2016, le Burkina Faso fait face à des attaques terroristes qui perturbent l’équilibre et la stabilité du pays. Pour l’épouse du Chef de l’Etat, le thème de cette 162ème journée internationale de la femme qui est « contribution des femmes à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité, de paix et de cohésion sociale », va permettre d’attirer l’attention sur la nécessité de prendre en compte les femmes qui sont porteuses d’initiatives contre la radicalisation.

Sika Kaboré pendant la décoration d’un récipiendaire

Dans son discours, Sika Kaboré a invité les filles et fils du Burkina à promouvoir la paix sociale. Pour la ministre en charge de la femme, la lutte contre le terrorisme ne peut être l’affaire du seul gouvernement, encore moins des Forces de défense et de sécurité( FDS ).

Marie Laurence Ilboudo d’ajouter que la contribution de la femme est alors plus que jamais nécessaire pour arriver à bout du phénomène. Les femmes sont les passerelles entre les communautés et les artisans de la paix au sein de la famille et de la société. « Les femmes jouent le rôle d’intermédiaire dans des situations de conflits en facilitant la communication et les négociations avec la société.

La Ministre en charge de la femme, Marie Hélène Laurence Ilboudo/Marchall

Elles ont le pouvoir de détecter et de corriger au sein des communautés les premiers signes de radicalisation des enfants et de comprendre les facteurs susceptibles de comprendre et d’influencer leurs choix », a indiqué Laurence Ilboudo avant d’inviter chaque femme à s’engager davantage dans cette lutte qui s’avère de longue haleine.

Catherine Zakané, la représente des femmes de la région du Centre-Est a lancé un appel à une synergie d’action, car pour elle, ce sont les femmes qui payent le lourd tribut en situation du terrorisme. Pour la représente du chef de file des partenaires techniques et financiers ( PTF ), le 8 Mars est surtout une journée de réflexion et les PTF accordent une attention particulière au thème de cette année, parce que selon elle, « 
<<les femmes sont de puissantes agents de médiation et de consolidation de la paix>>.
Elle a aussi invité le gouvernement à mener à termes les engagements pris lors des éditions passées.

Lors de cette cérémonie, une quarantaine d’acteurs qui se sont illustrés dans la promotion de la femme, de la solidarité nationale, de la santé, de l’action humanitaire ont vu leur mérite reconnue en médaille d’or dont 30 avec agrafe action sociale et 10 agrafes, santé, promotion de la femme et action  humanitaire.


Au cours de la cérémonie,  le parrain régional des femmes du Centre Est a  été installé.
En rappel, cette année encore, il n’y a pas eu la parade des femmes à l’occasion de cette journée.

Anaëlle K./www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.