Journée mondiale de l’autisme: L’ABAPE tire sur la sonnette d’alarme

0
76

Ce 2 avril, est célébrée à travers le monde la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Au Burkina Faso, l’activité a été marquée par une conférence de presse organisée par l’association burkinabè d’accompagnement psychologique et d’aide à l’enfance (ABAPE). A travers cette rencontre avec la presse, l’ABAPE a lancé un message de soutien à l’endroit de ces enfants atteints de l’autisme.

Les journalistes présents à cett e conférence de presse

L’autisme est un trouble caractérisé par un repli sur soi-même, une perte de contact avec la réalité et une difficulté à communiquer avec autrui. Elle est une réalité très présente dans la mesure où ce type de handicap touche une personne sur 150 dans le monde. A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’autisme, célébrée chaque 2 avril, l’association burkinabè d’accompagnement psychologique et d’aide à l’enfance (ABAPE) marque encore une fois un arrêt pour tirer la sonnette d’alarme sur la nécessité d’apporter un soutien à ces enfants atteints de l’autisme.

Ce qu’il faut savoir, c’est que chez les personnes autistes, la croissance du cerveau et la manière dont s’organisent et se connectent les neurones (ou cellules nerveuses) n’est pas normale. Ce dysfonctionnement cérébral entraine des difficultés dans différents domaines. Les causes de cette désorganisation selon Boukary Pamtaba, le responsable de l’ABAPE sont à rechercher dans le domaine de la génétique ou environnemental. « Scientifiquement, il n’y a pas de cause. On parle de cause génétique à 90%. Il existe aussi des causes environnementales surtout à travers la pollution de l’air », a-t-il indiqué.

Les enfants autistes n’ont généralement pas le langage verbal. S’ils ont le langage, ils ont des difficultés à communiquer. Par ailleurs, les autistes ont des comportements restreints, répétitifs et stéréotypés.

La journée mondiale de sensibilisation vise donc à mettre la puce à l’oreille des parents afin qu’elles puissent prendre des mesures pour la prise en charge de leurs enfants atteints. Parce qu’une des difficultés rencontrées par les parents d’enfants présentant des troubles de ce type réside dans l’établissement du diagnostic et la mise en place d’une prise en charge efficace.

Le responsable de l’ABAPE, à l’occasion de cette journée mondiale de lutte contre l’autisme a une fois de plus interpellé l’Etat. « C’est une occasion pour nous de solliciter l’accompagnement de l’Etat dans la prise en charge de ces enfants. Les difficultés nous en avons. Le manque d’accompagnement de l’Etat des centres existants, la problématique liée à la mise en œuvre de l’éducation inclusive de tous les enfants en situation de handicap. Nous rencontrons aussi des difficultés dues aux manques d’implication de certains parents, le contexte socio-économique », a-t-il signifié.

Il en appelle donc à l’aide de l’Etat afin de toujours donner le sourire à ces enfants.

En rappel, l’association burkinabè d’accompagnement psychologique et d’aide à l’enfance (ABAPE) est une structure associative à but non lucrative, ouvrant dans le domaine de la prise en charge des éducative des enfants ayant des troubles du spectre autistique et déficients intellectuels d’âge précoce. Crée en 2001, Ce centre accueille aujourd’hui près de 90 enfants.

Anaëlle K.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.