Tueries au Burkina Faso: Le CFOP appelle les burkinabè à la vigilance

0
104

L’opposition politique burkinabè était face à la presse ce mardi 14 mai 2019, à Ouagadougou. Entre autres sujets abordés, la relance du dialogue politique, les attaques contre les différentes communautés religieuses, l’impulsion du directeur général de la poste et le déclassement d’une partie de la forêt de Kua. Le CFOP invite le peuple burkinabè à l’union sacrée face aux forces du mal et de se démarquer de toute amalgame.

Les massacres ont pris une autre tournure au Burkina Faso. En effet le dimanche 28 avril dernier un pasteur de Sirgadji dans le Soum a été tué ainsi que 05 de ses fidèles. Le dimanche 12 mai 2019, un prête et 05 de ses fidèles ont été assassinés à Dablo dans le Sanmatenga, alors qu’ils étaient en pleine messe. Ces tueries selon Jean Hubert Bazié, président de la Convergence de  l’Epoir, viennent s’ajouter aux assassinats de nombreux leaders coutumiers et religieux.

Pour l’opposition, ces actes criminels visent à créer un affrontement entre les différentes couches socioreligieuses du Burkina Faso. Ils appellent tous les burkinabè à la vigilance, au maintien et au renforcement de la tolérance ainsi que du vivre-ensemble.

C’est le lieu d’appeler les uns et les autres à sauvegarder la République et ses valeurs. C’est dans le même sens que Amadou  Diemdioda Dicko 4ème vice-président de l’Union pour le progrès et le changement( UPC) a appelé toutes les confessions religieuses à ne pas faire l’amalgame. « Par lettre datée du 08 mai 2019, le président du Faso a accepté le principe d’un comité préparatoire, qui sera présidé par le ministre d’Etat, ministre de la décentralisation et de la cohésion sociale Siméon Sawadogo », a confié Jean Hubert Bazié.

Et d’ajouter que le comité sera également composé de membres  repartis paritairement entre l’opposition et la majorité.

Pour ce faire, l’opposition a réaffirmé sa volonté de dialoguer de manière sincère autour des préoccupations majeures du peuple burkinabè. En condamnant tout acte tendant à bafouer l’autorité de l’Etat, l’opposition a appelé les agents de la poste Burkina à suivre les voies et procédures  de règlement de conflit au travail.

Pour finir, ils ont demandé au gouvernement de trouver des voies et moyens pour conserver la forêt de Kua. Car disent-ils, nous soutenons la construction d’infrastructures, , mais nous voulons sauvegarder notre patrimoine. Encore une fois de plus, ils ont demandé justice pour Yirgou après 134 jours d’impunité.
Mami O.
www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.