Discours sur la situation de la Nation: Des acquis ont été enregistrés malgré le contexte difficile que connait le Burkina Faso (Christophe Marie Joseph Dabiré)

0
189

Le Premier ministre était face à la représentation nationale ce jeudi 16 mai 2019 pour son premier discours sur la situation de la Nation. Une heure durant, Christophe Joseph Marie Dabiré a dépeint une situation nationale marquée par la lutte contre le terrorisme dans un contexte de fronde sociale en ébullition. Et malgré ce contexte difficile, des acquis ont été engrangés dans les différents secteurs de développement. En voici le résumé de son discours.

L’Assemblée nationale était pleine à craquer

Sécurité, économie, développement, remous sociaux, bref, le Premier ministre fait le tour d’horizon de la situation nationale.

D’entrée de jeu, le chef du gouvernement évoque la situation sécuritaire préoccupante du pays.

Pour Christophe Joseph Marie Dabiré, la stratégie de ceux qui sèment la terreur au Burkina Faso est sans ambiguïté. Après l’échec de leur tentative de diviser les communautés, ils s’attaquent désormais aux religions.

Le chef du gouvernement demande au peuple burkinabè de se montrer solidaire et de barrer la route aux terroristes. Il affirme également son soutien aux populations déplacées internes qui sont accueillies et protégées dans les sites d’accueils du Sahel, du Centre Nord, du nord, de l’Est et du centre.

Les membres du gouvernement

Outres, les opérations militaires en vue d’aliéner les forces du mal, le gouvernement a mis en place le Programme d’urgence pour le Sahel, (le PUS). Au total 154 projets d’investissements d’un montant de 111 milliards de francs CFA dans les domaines socioéconomique, de la sécurité et de la gouvernance ont été exécutés pour la plupart entièrement en 2018.

A ces investissements s’ajoutent ceux du PADEL, le programme d’appui au développement des économies locales. Ce programme a investi plus de trois milliards de francs CFA en faveur de 797 promoteurs d’unités de productions informelles.

Plusieurs infrastructures socioéconomiques ont été aussi réalisées ainsi que le lancement de 617 micros entreprises, promues par les femmes et les jeunes.

La fronde sociale
La crise sociale que traverse le pays à travers les nombreux sit-in et appel à la grève n’a pas été occultée. Pour régler définitivement la question des salariés de l’Etat, le gouvernement a entrepris une réforme du système de rémunération des agents de la fonction publique.

Le Premier ministre réitère l’appel de Roch Marc Christian Kaboré à une trêve sociale. Pour lui, cette trêve est indispensable en vue d’instaurer un climat de sérénité favorable à la mise en œuvre des différentes reformes.

Le contexte sécuritaire difficile et les remous sociaux ont eu un impact, certes sur l’économie mais non pas stopper le développement du pays pour autant. Le pays a su être résiliant face à ces difficultés. L’activité économique observée depuis 2016 s’est renforcée en 2018. Le taux de croissance économique est ressorti à 6,6% en 2018 contre 6,3% en 2017.

La diplomatie
Sur le plan diplomatique, l’axe Ouagadougou-Pékin s’est renforcé. Un partenariat gagnant-gagnant et qui est promoteur sur le plan de la réalisation d’infrastructures nationales et sous régionales, affirme Christophe Dabiré. L’éligibilité du pays au deuxième compact du MCC, le millenium chalenge corporation témoigne les bonnes relations avec les Etats-Unis. Le Burkina Faso a également renforcé sa coopération avec la France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

L’éducation
Le terrorisme impacte négativement le cursus scolaire des élèves qui se trouvent dans les zones affectées avec la fermeture de plusieurs écoles. Pour faire face à cette situation, le gouvernement a pris des mesures afin de regrouper les élèves en classe d’examen des écoles fermées.

Les investissements
En termes d’investissement dans le milieu éducatif, le gouvernement a lancé la construction de six lycées scientifiques, deux lycées techniques, de cinq lycées professionnels et de Cinq centres d’enseignement et de formation technique et professionnelle.

Volet Santé:

Sur le volet santé, le gouvernement a poursuivi la construction des infrastructures sanitaires sur toute l’étendue du territoire national. L’on note le renforcement des plateaux techniques de santé avec l’acquisition d’unités de dialyse  pour les centres hospitaliers universitaires Sorou Sanou et Tingandogo. Le gouvernement a aussi procédé à la normalisation 270 formations sanitaires en CSPS sur un total de 304. 30 CSPS de chefs-lieux de communes rurales ont été transformés en centre médicaux.

Infrastructures:

Parlant toujours d’infrastructures, mais cette fois-ci le désenclavement, le gouvernement a achevé la construction de 591 km de routes et de voiries urbaines. 664 km sont en cours d’exécution. En plus des routes et voiries urbaines, le gouvernement a construit et entretenu environ 1889 km de pistes rurales et réalisés d’importants ouvrages de franchissement.

Energie:  

Désenclavement toujours, le pays est en pourparlers avec le Ghana pour la réalisation d’une interconnexion ferroviaire. La coopération Burkina Faso-Ghana s’est déjà matérialisée dans le domaine énergétique. Le pays a accrue son offre énergétique avec l’importation de 50 mégawatts. Quant à l’interconnexion énergétique, Abidjan-Ouagadougou, le Burkina Faso a œuvré pour le rehaussement et le maintien de la fourniture à l’électricité de 70 mégawatts. Des efforts sont aussi consentis pour rehausser la fourniture locale en énergie à travers la construction des centrales thermiques et photovoltaïques.

La contribution de la presse burkinabè
Le Premier ministre Christophe Dabiré salue le dynamisme de la presse burkinabè et réaffirme la volonté du gouvernement à assurer la liberté de la presse. Et il faut le rappeler, en terme de liberté de la presse, le Burkina Faso est classé selon Reporter sans frontière 4ème au niveau africain, 1er en Afrique francophone,  36ème au niveau mondial sur 180 pays. Pour améliorer la qualité de la presse, le gouvernement met une ligne de crédit de 667 millions de francs CFA pour financer les entreprises de presse.

Culture et sport
Sur le plan culturel, le gouvernement a apporté son appui financier et technique et 47 projets d’opérateurs économiques pour un montant de 357 millions de francs CFA. Il a aussi accordé une subvention à 9 projets de productions cinématographiques à hauteur d’un milliards de francs CFA.

Le Premier ministre Christophe Dabiré salue la performance des athlètes burkinabè en karaté-do, cyclisme et en long lift. Il les exhorte à toujours porter très haut le drapeau du Burkina Faso.

Anaëelle K.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.