Journée mondiale sans tabac 2019: Claudine Léonie Lougué/Sorgho, ministre de la santé, rappelle les conséquences néfastes du tabagisme

0
134

 

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays, célèbre le 31 mai de chaque année la Journée mondiale sans tabac. La célébration de cette journée est une occasion pour sensibiliser les populations aux effets nocifs et mortels de l’exposition au tabagisme ou à la fumée du tabac et de décourager la consommation du tabac sous quelque forme que ce soit.
Pour cette année 2019, le thème retenu est : « le tabac et la santé pulmonaire ». En choisissant ce thème, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) veut attirer l’attention des communautés nationales et internationales sur l’effet négatif que le tabac a sur la santé pulmonaire, allant du cancer aux maladies respiratoires chroniques et le rôle fondamental des poumons dans la santé et le bien-être de tous.

Le tabac, faut-il le rappeler, est le seul produit au monde qui tue la moitié de ses consommateurs réguliers selon l’Organisation mondiale de la santé.

Selon l’OMS, le tabac tue près de 6 millions de personnes chaque année dans le monde, parmi lesquelles plus de 600 000 sont des personnes exposées à la fumée du tabac. Le nombre des victimes pourrait atteindre 8 millions d’ici à 2030, dont plus de 80 % dans les pays à revenus faibles ou moyens comme le Burkina Faso, si rien n’est fait.

Malheureusement, au Burkina Faso, le tabagisme demeure un réel problème de santé publique. En effet, selon le rapport de l’enquête STEPS 2013, 19,8% de la population générale de 25 à 64 ans consomment le tabac et les sujets jeunes de 25 à 34 ans de sexe masculin sont les plus touchés dans une proportion de 32,6%.

Le fait d’être exposé à la fumée du tabac sans en être consommateur, est un danger permanent pour les non-fumeurs. Elle a de nombreuses répercussions sur la santé pulmonaire et générale. On peut retenir entre autres :
– Le cancer du poumon
La fumée du tabac est la principale cause de cancer pulmonaire et elle est responsable de deux tiers des décès dus à cette maladie dans le monde. L’exposition involontaire à la fumée des autres, au domicile ou sur le lieu de travail, augmente aussi le risque de cancer du poumon.
– Les maladies respiratoires chroniques
Le tabagisme est la première cause de broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO) marquée par une toux douloureuse et des difficultés respiratoires atroces. Le tabagisme intensifie également l’asthme, ce qui restreint l’activité et contribue à l’invalidité.
– Les problèmes respiratoires chez les enfants
L’exposition à la fumée du tabac dans l’utérus de sa mère du fait que la maman fume ou est exposée à la fumée du tabac (tabagisme passif), entraîne souvent pour l’enfant une diminution de la croissance des poumons et de la fonction pulmonaire. Les jeunes enfants exposés à la fumée des autres risquent une aggravation de l’asthme, de la pneumonie, de la bronchite et de fréquentes infections des voies respiratoires inférieures.
– La tuberculose

Les composants chimiques de la fumée du tabac peuvent déclencher les infections tuberculeuses latentes. La tuberculose évolutive, aggravée par les effets nocifs du tabagisme pour les poumons, augmente de manière marquée le risque d’incapacité et de décès par insuffisance respiratoire.
– La pollution de l’air
La fumée du tabac est une forme très dangereuse de pollution à l’intérieur des habitations : elle contient plus de 7000 produits chimiques, dont 69 sont connus pour être directement liés à l’apparition d’un cancer. Bien qu’ils puissent être invisibles et inodores, ils peuvent demeurer dans l’air jusqu’à cinq heures et entraîner pour ceux qui y sont exposés un risque de cancer pulmonaire, de maladies respiratoires chroniques et de diminution de la fonction pulmonaire.

Au regard de toutes les conséquences néfastes que peuvent engendrer la consommation du tabac ou l’exposition passive à sa fumée, Claudine Lougué, invite tout un chacun à observer un comportement qui puisse préserver sa santé et celle des autres.
En rappel, conformément aux dispositifs réglementaires et législatifs existants, il est interdit de fumer dans des lieux publics et les transports en commun et chaque citoyen se doit de respecter cette disposition.

Cette journée a été une occasion pour la ministre de remercier l’ensemble des acteurs de la lutte antitabac et a réitéré une fois de plus son engagement et celui de son département à protéger la santé des populations à travers un environnement sans tabac pour peu que chacun joue sa pleine partition.

Tous ensemble, disons non au tabac sous toutes ses formes pour préserver notre santé et celle des générations futures.

Mami O.

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.