Hadj 2017: « un pas en arrière » selon Adja Kadi Tiendrebéogo

0
1276
Femme battante, Adja Kadi Tiendrebéogo se bat depuis de nombreuses années pour le bien-être et les conditions de voyage du pèlerin burkinabè. Pour ce hadj 2017 nous avons approché notre micro à cette femme dévouée à la cause du pèlerin burkinabè. Il faut noter que de nombreuses personnes l’attribuent (et elle le reconnaît), de nombreux acquis sur l’amélioration des conditions de voyages des pèlerins.

 

Adja Kadi Tiendrebéogo à en croire ses propos, c’est celle-là même qui en 2012 a battu le pavé pour exiger au Ministre de l’administration territoriale d’alors la satisfaction de 42  points de revendications porté par elle et ses collaborateurs. Suite à des de discutions et des tractations houleuses de cette dernière avec le ministre de l’époque elle obtient satisfaction à l’arraché avec la prise en compte totale de tous les 42 points de revendications. Au nombre des acquis dont elle se reconnaît, elle obtint un hangar pèlerin au sein de l’aéroport, le renforcement de la sécurité des pèlerins au sein du site de départ et l’amélioration du service sanitaire avec la mise en place d’un de service santé à la disposition du pèlerin sur le site. Il faut le dire elle a rendu possible l’arrivé du fameux « ZAM-ZAM KOOM » cette eau bénite que les pèlerins remmènent de leur pèlerinage pour les parents et amis en menant des démarche pour que l’avionneur puisse le permettre. A cela s’ajoute la suppression des taxes douanière pour le pèlerin. Il y a aussi lutte qui a mis fin aux retards des avions et aux reports des dates de départ des pèlerins :«  Nous avons exigé à ce que les compagnies de voyage dépose une caution a fin qu’en cas de retard que le pèlerin soit pris en charge, en cas de report que le pèlerin soit dédommagé, en cas d’avarie de colis que le pèlerin soit dédommagé, en cas de perte de colis que le pèlerin soit dédommagé, à ce que le pèlerin soit enregistré en même temps que ces bagages qui se perdent des fois ou qui n’arrive jamais. Depuis lors nous n’enregistrons plus de report de date ni de retards » confie adja.

 

Mais en ce qui concerne le hadj de cette année, adja exprime son mécontentement et son profond désarroi. Pour Adja Kadi Tiendrébeogo de toute l’histoire organisationnelle du hadj au Burkina un tel fiasco, c’est du jamais vu. A la question de savoir comment a été le parcourt ; après un temps de soupire elle se reprend et s’exprime en ces termes : « Je vous dis que les conditions étais lamentables, sur plus de 80 cars climatisé prévu pour notre délégation on s’est retrouvé avec une dizaine de cars à notre disposition pour près de 8100 pèlerins. D’abord pour le voyage même, on a payé pour être en catégorie B+ pourquoi on se retrouve en catégorie C pourquoi cela? Je vous dis que y a des pèlerins qui, pour les uns s’agrippaient aux portails du véhicule et qui pour d’autres essayaient de s’accroché, d’escaladé et d’autres qui retombaient juste pour ne pas raté le véhicule convoi. En plus où est passé l’aide des pèlerins pour leur petit déjeuné. Jusque-là ils se plaignent toujours que le comité nous réponde. Si cela a servi à autre chose qu’on nous le dise. À Mina plus de 1000 burkinabè ont dormi au dehors ce n’est pas normale tout ça ». Au vu de tous ces manquements, Adja dit par ailleurs attendre le bilan du comité d’organisation afin que des réponses adéquates soient apportées.
En ce qui concerne la durée du voyage là également d’après adja certains pèlerins ont quittés le 24 Aout Ouagadougou et sont revenus le 27 septembre soit  plus de 30 jours de pèlerinage, elle juge cela bien pour les prières et les bénédictions mais estimes le coût lourd pour le pèlerin burkinabè puisque au bout de dix jours le pèlerinage proprement dix est fini et le reste du temps le pèlerin se prend en charge ce qui est très difficile pour beaucoup.

Adja dans sa lutte pour le bien être du pèlerin tire la sonnette d’alarme pour une meilleurs organisation à l’avenir et exhorte l’autorité notamment le ministre de tutelle à être plus regardant sur l’organisation et surtout a maintenir l’aide pour le pèlerin qui est d’un grand apport. Voilà qui est bien dit comme quoi la femme musulmane pieuse et dévouée peut et doit s’investir pour le bien être des frères et sœur musulman à l’image de cette amazone.

 

Hamadou Ouedraogo Fasoamazone.net     

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.