An III de l’insurrection populaire : le Burkina pleure ses fils tombés.

0
1082
Le chef de l'Etat a observé des minutes de silence aux martyrs
Il est 10h00 quand la sirène retenti au monument des martyrs, aujourd’hui est jour de deuil. C’est un jour à la fois victorieux mais  également rempli de tristesse pour ces personnes. Ce jour rappel à de nombreuses personnes présentes un évènement très douloureux car c’est ce fameux jour que certaines personnes ont perdu des proches. C’est également le jour anniversaire du renversement de 27 ans de dictature pour d’autres. 
Pendant la cérémonie, le Chef de L'Etat accompagné des membres du gouvernement.
Pendant la cérémonie, le Chef de L’Etat accompagné des membres du gouvernement.

Une minute de silence est dédiée aux victimes de cette insurrection qui a fait de nombreux morts ainsi que de nombreux blessés. Cette minute de silence est suivie de dépôt de germes par le Président du Faso au monument qui représente tous les martyrs de l’insurrection et l’hymne nationale qui marque la fin de cette cérémonie.

Le monument dédié aux martyrs
Le monument dédié aux martyrs
Pouachoulabou, président de L'Association des victimes de l'insurection des 30 et 31 Octobre 2014.
Pouachoulabou, président de L’Association des victimes de l’insurrection des 30 et 31 Octobre 2014.

« Nous sommes très content de cette célébration mais néanmoins ce qui nous inquiète c’est la justice qui traîne et nous ne savons pas pourquoi. Nous voulons demander le soutien de l’ensemble du peuple burkinabè. Si ces enfants sont morts pour libérer ce pays  ce n’est pas nous qui allons-nous laisser faire » déclare Pouachoulabou Victor, président de l’Association des Parents de l’Union des Martyrs des 30 et 31 octobre qui a bien voulu parler au nom de tous ces insurgés qui pour certains peinent toujours à ce rétablir.

Safiatou Lopez, présidente de la coalition des OSC quant à

Safiatou Lopez militante des OSC.
Safiatou Lopez militante des OSC.

elle qualifie cette commémoration de mascarade « Nous avons eu un espoir entre temps mais aujourd’hui nous sommes déçus de voir que trois ans après rien n’a toujours été fait pour juger les coupables de cet acte.  En tout cas moi j’ai perdu espoir. Tout le monde a vu comment quel a été la part de la société civile dans cette lutte et aujourd’hui ils n’ont mentionné en aucun cas le nom de la société civile dans cette commémoration. Aujourd’hui nous voyons tout ce qui est fait derrière pour anéantir la société civile, c’est alarmant ».

Hamadou Ouedraogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.