Conseil international des droits humains: Le Burkina Faso élu troisième

0
859
Le chef de la diplomatie Burkinabè Alpha Barry (milieu) : « Très bientôt nous allons vous envoyez un conseiller juridique et toutes les nécessitées ».
Le ministre des affaires étrangères et de la coopération Burkinabè, Alpha Barry a animé, le vendredi 26 octobre 2018, à Ouagadougou, un point de presse, où il a annoncé l’élection du Burkina Faso au 3e rang du conseil international des droits de l’homme.

« Le Bureau des affaires étrangères félicite le travail que vous avez mené avec Eric Tiaré ». c’est à ces mots que le ministre de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry, s’est adressé à trois diplomates Burkinabè, Ambassadeur et chef de mission du Burkinabè ayant pris part à l’élection des pays membres du conseil international des droits humains, au quelle le Burkina Faso a été retenu le 3e pays.  Joint par téléphone, depuis  le Burkina Faso, dans leur villes résidentes par le ministre Alpha Barry, les trois diplomate burkinabè à savoir, Dieudonné Sougri, Mariam Fofana, et Leopaul Bounkoungou ont tous traduit leur satisfaction au patron de la diplomatie Burkinabè, de par ce rang que devrai désormais occuper sur le plan international, en matière de droits humain. L’élection du Burkina Faso au conseil des droits de l’homme, est une victoire diplomatique pour le gouvernement du Burkina Faso, a indiqué le ministre Barry. Selon l’ambassadeur permanent représentant le Burkina Faso au conseil des droits de l’Homme, Eric Tiaré, se sont au total 18 pays qui ont été candidats à cette élection du conseil international des droits de homme, dont le premier pays retenu est Linde, suivi des iles fisie dont le Burkina est venu troisième de cette institution. Ce rang le ministre en charge de la justice, Bessolé Réné Bagoro, l’attribut au statut de la question des droits de l’homme qui s’est de nos jours amélioré dans le pays des hommes intègres, et donnant au plan international un niveau appréciable. Mais il reste convaincu que le mérite de ce 3e rang comporte également un défis que les départements concernés doivent travailler d’arrache-pied avec tout l’appareil gouvernemental pour donner des résultats plus appréciables. A entendre le ministre Alpha Barry, pour qui les questions diplomatiques ne sont plus à démontrer, il n’est pas sans ignoré les défis liés à cette position, donnant droit à son pays de siéger de part ces membres de cette institution, pour trois ans. C’est d’ailleurs pourquoi, il attend envoyer dans les prochains jours, de quoi soutenir le nouveau impétrant Burkinabè, qui avec ce 3e rang, fait désormais parti des 43 pays membres décideur du conseil international droits de l’homme pour un mandat d’une durée de trois ans. Et pour réussir cette mission, le patron de la diplomatie Burkinabè, affiche déjà des plans diplomatiques. « Tous les Burkinabè doivent Pour le succès  de cette mission, apporter leur soutien au Gouvernement. Très bientôt nous allons vous envoyez un conseiller juridique et toutes les nécessitées », a lancé le ministre Alpha Barry aux trois diplomates chargés de la diplomatie et des relations extérieurs Burkinabè, auprès du conseil international des droits de l’homme.

Ben Mahomed BENAO/www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.