Mariage des enfants« Ne m’appeler pas madame » pour mettre fin à ce fléau

0
380

Ne m’ appeler pas   madame », un concept de l’UNICEF qui sera lancé demain 6 février 2019 à Ouagadougou. C’est une campagne qui vise à lutter contre le mariage des enfants au Burkina Faso. En prélude au lancement officiel de cette campagne, l’UNICEF a organisé une conférence de presse ce mardi 5 février 2019 à Ouagadougou afin d’expliquer tout le contour de ce concept.

Les journalistes ont prêté une grande attention à ce concept

Le mariage d’enfants est un phénomène courant au Burkina Faso. L’entrée en union des jeunes burkinabè est très précoce. Ainsi, chez les femmes âgées de 20-24 ans, 8,9 % ont été mariées avant l’âge de 15ans, et plus de la moitié (51,3%) avant l’âge de 18 ans. Les deux régions les plus touchées par le mariage d’enfants sont celles du Sahel  (87,1%) et de l’Est (67,3%). Des conventions internationales et régionales contre la discrimination des femmes et des filles et les pratiques traditionnelles néfastes ont été ratifiées par le gouvernement burkinabè.

Une stratégie nationale contre le mariage d’enfants, assortie d’un plan d’action a même été budgétisé. Malgré tout cela, le phénomène persiste. Les causes de la persistance de ce fléau résident dans la pauvreté des familles, les normes sociales, la faible application des lois et les limites inhérentes à l’éducation, à la santé de la reproduction et à la participation citoyenne de la jeune fille sont les principales causes du mariage des enfants. Face à cette situation, l’UNICEF met la main à la pâte. Il soutient l’action politique visant à mettre fin au mariage d’enfants.

C’est dans ce sens qu’il organise le mercredi 6 juillet 2019, une campagne dénommée « Ne m’appeler pas madame », un concept qui, selon les conférenciers s’explique par le fait que les enfants revendiquent leur adolescence, leur droit d’être enfant, d’aller à m’école et non gérer un foyer.
En prélude à cette activité, l’UNICEF Burkina a rencontré les hommes de media ce mardi 5 mars 2019 pour expliquer le concept.

Selon Désiré Yaméogo, spécialiste de la protection de l’enfant à l’UNICEF, cette campagne d’envergure nationale vise à réfléchir sur la problématique du mariage des enfants au Burkina Faso. « Il s’agira de mettre dans l’agenda public la question du mariage des enfants pour que la population s’engage dans la lutte et s’occuper et à s’occuper des victimes pour le bien-être des adolescents du Burkina Faso »

Cette campagne qui va s’étaler sur tout le mois de mars sera intensifiée durant toute l’année 2019 avec des activités phares comme la journée de la jeune fille et celle de l’enfant africain.
A travers le lancement de ce concept qui est prévu pour ce mercredi 6 mars 2019 au Palais des sports de Ouaga sous la présidence de Madame Sika Kaboré, l’UNICEF entend apporter sa touche afin que plus aucun enfant ne se marie avant l’âge de 18 ans, qui est l’âge légal  du mariage au Burkina Faso.

Au programme, des prestations musicales, des messages dans les différentes langues nationales adressés aux plus hautes autorités.

Anaëlle K.
www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.